Régis @15

Lors de la messe des Cendres, j’étais placée de manière à pouvoir observer les fidèles allant et revenant à la communion. Une chose m’a beaucoup surprise : la plupart des visages, une fois l’hostie en bouche, exprimaient la contrition. Je pensais (naïvement ?) que communier était un acte de joie, pour un catholique, puisqu’il s’agissait de faire corps avec le Christ, de le prendre en soi et d’en éprouver la joie… plutôt que la Passion !
Renseignement pris auprès de mon ami déjiste, la communion devrait en effet être un moment de paix, voire de joie, et certainement pas de contrition. Alors pourquoi ?
— Parce que les catholiques aiment la souffrance…
C’est lui qui l’a dit !

23 commentaires pour Régis @15

  • clau

    Tu vois, rien que cela, prouve à quel point ils font preuve « d’ouverture ».

    • Cécyle

      Je ne fréquente que les exceptions à cette règle… 😉

  • clau

    Mais elles ne font pas la règle !

  • salanobe

    Oui, il y a un côté Mater Dolorosa dans la pratique de la religion catholique, qui donne une image peu avenante pour les nouvelles générations de croyants.

    • Cécyle

      Espérons que Papouille saura les réconcilier avec leur foi ! 😉 (ici)

  • Louise

    En fait, vous n’y êtes pas du tout.
    Avez-vous déjà communié ?
    Je pense que non parce que si c’était le cas, vous sauriez que les hosties collent au palais et que c’est souvent très difficile de les avaler sans se mettre à suffoquer….
    Personnellement je redoutais le moment ou le curé allait me donner le corps du Christ (une fois j’ai failli y laisser la vie mais comme je ne suis pas particulièrement discrète et qu’en prime cela me faisait rire parce que tout de même, il faut le faire, je me suis accrochée à une colonne en toussant et riant à deux doigts de piquer le sang du Christ ou carrément de boire à même le bénitier… Je me suis fais sermonnée par toute la communauté… Je ne parle pas de mon baptême ou le curé m’a complètement trempée par -10 dans l’église et ou il m’a dit « Louise, on nous regarde… un peu de tenue » (j’avais 13 ans).
    Si les chrétiens font la gueule c’est parce qu’ils appréhendent ce moment, c’est tout.
    Va sourire comme une bienheureuse quand tu dois discrètement gérer une hostie hostile, j’t’y vois moi 🙂

    • Cécyle

      Merci de ce joli récit ! 😉
      Je vous confirme que je n’ai jamais communié et, avant de poser la question à mon ami déjiste, j’avais bien pensé à une histoire d’hostie qui colle. Beaucoup de catholique s’en font l’écho ! Je comprends donc qu’il y ait d’abord un souci buccal.
      Pour autant, je ne crois pas l’explication suffisante…

      • clau

        Cécyle, c’est pour ajouter au mystère !
        Comme si eux seuls comprenaient,
        comme si le Christ ne descendait que dans leurs bouches, et seulement à cette condition,
        comme si avoir cet air grave rajoutait quelque chose à leur foi,
        comme s’il fallait être triste pour être pris au sérieux.

        • Cécyle

          Oui, je le sens bien, dit comme ça.
          Et c’est ce qui m’est difficilement supportable dans certaines postures croyantes. J’aime la sobriété dans la foi. Comme dans beaucoup de choses, d’ailleurs, l’écriture en premier ! J’essaie 😉

          • clau

            Je pense justement que l’écriture permet de se lâcher 😉
            On dit/ose, beaucoup plus de choses je trouve.

          • Cécyle

            Le texte ne dit jamais ce que l’on veut lui faire dire, même quand on a le sentiment de se « lâcher », même quand on a le sentiment d’être sûr de ce que l’on dit. Il ne dit que ce que chacun en lit…
            Un des drames de l’écriture… Ou une de ses plus belles liberté. Au choix.

    • clau

      Moi qui ai avalé quelques hosties de ma vie, je n’ai pas eu ce problème.

  • Louise

    Le principe judéo-chrétien est basé sur la culpabilité.
    On doit « gagner son paradis » et cela en vivant durement sur terre (raison pour laquelle Napoléon n’a pas été plus avant dans la laïcité, tant que le peuple était persuadé qu’un avenir radieux l’attendait dans l’au-delà, tout était possible).
    Voilà pourquoi une grande majorité de chrétiens ne sont pas dans l’ouverture, ne sont pas dans le principe même de toute religion à savoir l’union ciel/terre (la verticalité) permettant l’horizontalité (c’est-à-dire l’union par le cœur).
    Mais il ne faut pas oublier que la religion est un moyen de contrôler les esprits, car une force politique majeure, il lui faut donc un cadre, des codes, etc, etc.
    Ensuite, la religion n’a plus la même importance que par le passé, elle rythme moins nos vies.
    Pourquoi autant de colère concernant les chrétiens ? Ne serait-il pas plus sage de les laisser à leurs croyances et de les ignorer plutôt que de leur donner autant d’importance ?
    Idem pour toutes les religions, idem pour tous les groupes se situant dans la fermeture plutôt que dans l’ouverture…
    Parce que deux ou trois imbéciles ont dit d’énormes conneries ? Conneries médiatisées ?
    Il y a des gens croyants, pratiquants et dans l’ouverture d’esprit, de cœur.

    • Cécyle

      C’est bien la foi, qui m’intéresse, les croyants. Dieu.
      Je ne crois pas que la culpabilité soit inhérente à la « foi chrétienne » que je ne confonds pas avec les « religions chrétiennes ». Le distinguo me paraît essentiel.
      Et effectivement, les religions sont des systèmes politiques d’oppression. Je n’ai aucun doute là-dessus. Et je crois que ce sont les dogmes religieux qui contraignent les pratiques de foi et en font ce que qui se voit le plus.
      Il s’avère que ce jour-là, à la messe des cendres, nous étions quatre. Mon ami déjiste, croyant, catholique, qui est allé communié et est revenu l’air habité, un autre ami déjiste, protestant, et un jeune gars que je ne connaissais pas, non croyant, comme moi. Nous avons tous profité de l’instant, le silence, le repos au milieu de la vie parisienne, puis nous avons dîné ensemble, pour poursuivre le partage, et apprendre, comprendre les pratiques des uns et des autres.
      Et j’ai en effet une certaine colère contre celles et ceux qui font de la foi de mes amis une contrition perpétuelle et se soumettent au pouvoir religieux. Ce n’est pas un hasard si je participe activement à la campagne de Papouille menée par ces chrétiens très pratiquants ! C’est leur foi que je défends. Car elle est belle, leur foi, très belle.

    • clau

      Un peu d’histoire, cool !
      Mais nous sommes en 2013…
      et oui, c’est une secte !

  • Louise

    Si j’ai déserté les églises et renoncé à prononcer mes vœux c’est uniquement parce que j’étais en désaccord avec ce que les hommes avaient fait de la Foi, il y avait un fossé entre le message du Christ et ce que l’Église en avait fait, du moins les moyens qu’Elle mettait en œuvre pour que les fidèles accèdent à la religion vraie, à l’Union.
    J’ai trouvé un moyen de vivre plus en accord avec ma Foi et paradoxalement ce n’est pas une religion qui me l’a apporté et ce qu’il y a de fantastique c’est que chaque jour est une opportunité supplémentaire de vivre celle-ci plus profondément 🙂

    • Cécyle

      Merci Louise pour votre témoignage. Je suis émue.

    • Isabelle

      Louise, c’est un plaisir de lire que vous avez trouvé une voie d’épanouissement de ce qui vous anime à l’évidence profondément.

  • clau

    Dieu a dit : buvez ceci est mon sang, mangez ceci est mon corps, touchez ceci est mon cul !
    Je suis provoc ! … si peu 😉

    • Cécyle

      Doit-on comprendre que tu as envie que quelqu’un te touche les fesses ? 😉 Toute provocation produit du sens, normalement, non ? Sinon, quel intérêt ?

  • clau

    C’est Coluche qui disait cela…, trop tard pour lui demander !
    Quant à moi, je suis convaincue qu’il est plus facile d’imaginer des fesses sous une main que le corps du Christ dans l’hostie !

    • Cécyle

      Petit Mouton nous prouve pourtant chaque jours la puissance de l’objet transitionnel ! 😉

  • clau

    A chacune ses croyances !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>