Voiture @5

Pour une consultation à la clinique, j’ai pris un taxi à l’aller et au retour.
À l’aller, le chauffeur parle peu, ce qui me va très bien. Ayant à peine démarré, il conduit en entrant l’adresse d’arrivée dans son premier GPS, puis dans le second. Ensuite, il conduit en cherchant une pochette pour la facture (spéciale pour un trajet pris en charge). Puis, il conduit en commençant à remplir la facture, pas seulement au feu rouge. Arrivant à la porte de la Villette, il pose quand même ses affaires. Cela lui permet notamment de changer de file sans mettre de clignotant. À peine quelques minutes après le départ, alors qu’il se dirige vers l’entrée du périphérique, il doit piler. En effet, une voiture arrivant de la droite a déboîté pour doubler les autres en passant devant lui, sans prévenir et sans ralentir… Mon chauffeur s’exclame alors « Putain ! C’est n’importe quoi ! »
Quel sens de l’observation ! Dommage que l’autoanalyse ne semble pas au rendez-vous.
Bon, je mets toujours ma ceinture en voiture, y compris en taxi, et je suis arrivée en bon état… Au moins, cela a évité au chirurgien d’avoir à me remettre sur sa table de bloc !

19 réflexions sur « Voiture @5 »

  1. Louise

    Oui, la conduite à Paris nécessite une vigilance++++
    Sur l’autoroute, ce sont les chauffeurs de poids lourds, en ville (hors Paris parce qu’à Paris, des petits vieux derrière le volant c’est tout de même beaucoup moins fréquent ne serait-ce que dans la proche banlieue :-)) donc en ville, ce sont les vieux au volant qui sont tout de même très dangereux (distance de sécurité maximale), à la capitale, les chauffeurs de taxi et aussi d’autobus (oui, ils sont pas mal eux-aussi).
    Moi, j’aime bien le métro 🙂

    Répondre
    1. Isabelle Auteur de l’article

      J’ai pas mal roulé à moto dans Paris, c’étaient déjà les conducteurs de scooters dont je me méfiais le plus ! 😉

      Répondre
      1. Cécyle

        Oui, mais avec de jolies filles en selle, cela compensait ! 😉

        Pour ma part, je me méfie de tout, même des piétons. Question de survie.

        Répondre
        1. Isabelle Auteur de l’article

          Je ne peux m’empêcher d’ajouter : et se méfier des chiens ! Dédicace pour quelqu’une dans le Béarn ! 😮

          Répondre
  2. salanobe

    Apparemment, les chiens ne sont pas les seuls à mordre. J’espère que si je vous croise un jour en promenant un chien dans Paris (c’est assez peu probable), vous aurez une muselière. ;-)J’ai les cuisses sensibles.

    Répondre
    1. Cécyle

      Je ne connais que Pif ! 😉
      Quant aux cuissardes au crochet, si cela peut faire venir notre cheffe de meute préférée à Paris, je ferai tout mon possible !! 😉

      Répondre
      1. salanobe

        Je viens de regarder ce que c’était que des cuissardes. En fait, ce sont des bottes, plutôt féminines.
        J’en ai une paire neuve en caoutchouc qui font très bien l’affaire. Ça ira pour venir à Paris ?

        Répondre
  3. valentine

    Je suis tous les jours sur la route et tous les jours je vois des énormités. À croire que les permis de conduire sont offerts.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.