Noël @16

C’est en période des « fêtes de fin d’année », de consommation, d’achats, de dépenses que j’ai un jour réglé une particulièrement grosse facture. Ce n’était que pour avancer l’argent du cercueil de mon père. Il est mort, jour pour jour plusieurs années après celui de Cécyle, mais pas dans les mêmes circonstances.
Cette période est tellement marquée des sceaux de la tradition, de la conformité sociale, des retrouvailles forcément familiales, du parcours balisé semé de foies gavés et noyés, de marrons dans les plats et parfois dans la gueule, en passant par les incontournables (em)bûches qu’il est difficile de ne pas le vivre quand on le voudrait, mais… Parfois, les séparations, les trous dans le panier, les vides dans le portefeuille, l’absence des uns ou des autres ne permettent pas d’être à la hauteur de la barre mise par la société pour plonger dans la normalité. À défaut, combien sautent dans le vide, sous le train, dans la tombe ?
Ces suicides font écho à maintes situations, contextes, raisons, déraisons. Au mois de décembre, ceux qui se donnent la mort sont particulièrement nombreux. Cette année, j’en connais un parmi eux. Un qui, un 27 décembre, en est arrivé à souffrir à un point insupportable. Pas un ami, pas un proche, un homme que j’ai côtoyé de près des années. Un homme de mon âge parlant peu de sa vie, de ses enfants, de ses pensées, de ses ressentis dans les difficultés. De là à…
Le choc est violent, « Noël » est une nouvelle fois à vomir dans sa farce tragique de l’illusion du bonheur de papier glacé, loin de sa source de force dans la foi. Heureux ceux qui le vivent comme véritable fête, mais pourquoi lancer cet impératif de consommation obligée d’un « Joyeux Noël ! » sans attention à l’autre ?
Qu’en dire ? Vivre, aimer, donner, offrir : que de cadeaux à chérir. Prenez soin de vous.

1 commentaire pour Noël @16

  • Cécyle

    La consommation sur fond de « message d’amour et de joie » y gagne un telle dimension affective, une telle légitimité, et les annonceurs jouent parfaitement de cette imposture ! On se fait des beaux cadeaux, on s’aime, il est si illusoire de croire que c’est la même chose !!
    Et pendant ce temps, en effet, certains souffrent au point de se donner la mort, dans le silence de la nuit ou dans le vacarme d’une rame de métro ; qu’importe ! Il faut que ce silence cesse, que la souffrance et la maladie psychiques soient prises en compte et en charge aussi sûrement que tout autre souffrance et maladie.
    Et si vous êtes en souffrance, ne la laissez pas se développer ! Consultez !! Aussi sûrement que vous consulteriez pour une gastro, un cancer ou un taux de cholestérol élevé. Protégez-vous ! C’est si chouette d’être… vivant !!
    Vivant.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>