Noël @11

C’est Noël ! Déjà ? Oui, personne ne s’en étonne et je me réjouis d’avance de tous les billets que cette période impérissable l’année est susceptible de motiver. Le ton est donné par cette publicité (ci-contre) qui a fait office de une des gratuits il y a quelques jours déjà : « Mon fils croit au père Noël et moi à la carte XXX. »
Qu’est-ce qu’elle dit ? Que la consommation est plus forte que le rêve ? Que le rêve ne peut être dans la consommation ? Je vous laisse choisir !

Note : Et n’oubliez pas que pour Noël, je vous invite à un jeu textuel au VDF !

18 commentaires pour Noël @11

  • Eva D'Ancona

    Il y a un parallèle.
    De même qu’une inexplicable perversité pousse à faire croire au Père Noël (Cela ne vaut pas, bien sûr pour la Mère Noël qui elle existe bel(le) et bien !) aux enfants pour mieux les désillusionner quelques années plus tard, de même cette mère de famille de moins de 50 ans aura perdu toutes ses illusions quand elle déposera un dossier de surendettement…

    • Cécyle

      La consommation se nourrit du rêve, donc. Je le sentais aussi comme ça. Mais j’aimerais tant que l’on rêve d’autre chose… comme d’un monde où la consommation ne serait plus un rêve !
      Cela me rappelle mes cours d’économie de terminale. À chacun selon ses besoins… Faudrait pas non plus que Staline revienne ! 😉

  • salanobe

    Je déteste Noël. C’est un des rares moments où je n’arrive pas à positiver et surtout où je suis obligée de céder aux conventions. Ça m’agace !!!

    • Cécyle

      Il vous est vraiment impossible de dire « Non » ?

      • salanobe

        Bien sûr que je pourrais dire non. C’est bien moi qui suis la première responsable des choix que je fais mais je ne peux pas toujours imposer mes choix et mes « extravagances » à mon entourage sans jamais accepter leurs règles. Le problème c’est que si je suis « drôle » quand je fais mes courses en pantalon rose fluo et pantoufles je suis une mère, tatie, belle-sœur… Indigne, si je ne fais pas de cadeaux ou de repas de Noël (C’est étrange, les gens perdent tout leur humour pendant cette période).

        • Cécyle

          Ils perdent leur humour sans doute parce que tout ce que l’on se raconte à l’occasion de Noël n’est pas bien drôle. J’ignore de quand date le lien aujourd’hui établi entre la Nativité et la sacralisation de la famille. Mais je pressens que cela va de pair avec l’envolée de la société de consommation et de l’érection du mariage (et de la famille) et lieu inconditionnel d’ « amour » (je mets bien des guillemets). Alors on se raconte de belles histoires et Noêl se transforme en une obligatoire « réunion », « réconciliation » familiale, chacun étant sommé de culpabiliser si à cette occasion, il ne rentre pas dans le rang. Car celui qui se dérobe n’aime pas sa famille, c’est connu ! Quand on aime, on se voit, on partage un repas, on se fait des cadeaux.
          Ah ! si l’amour était si simple ; cela se saurait !
          Courage à vous pour ces « fêtes » ; mettez une robe de Cendrillon avec pantoufles de vair ; ce serait un moyen amusant de protester ! 😉

  • sonatehome

    moi j’aime cette période des fêtes. j’aime ce qui se dégage et les gens aussi. Peut-être bien que tout est artificiel mais il y a du bon qui se dégage. Par ailleurs et pour rebondir sur ce qui vient d’être écrit plus haut, je n’ai pas ce sentiment que l’on anarque les enfants en leur faisant croire à tout prix n’importe quoi et donc que le père Noël existe. D’abord et à mon petit niveau, c’est une croyance que j’ai adoré et ma désillusion d’apprendre que c’était faux n’a été qu’un apprentissage de la vie tel qu’il s’est reproduit par la suite. Oui la vie est cruelle mais c’est ainsi, et l’apprendre pendant l’enfance n’a rien de dramatique et est même plutôt constructif pour la suite. Ne pas apporter de rêve à cette période de la vie serait me semble-t-il bien plus triste.
    Aujour’hui, adulte, je sais bien que les cadeaux que je reçois (car j’ai la chance d’en recevoir encore et de mes parents aussi) viennent du supermarché d’à côté mais peu m’importe, car c’est tout ce qui va avec qui me réjouit et me fait plaisir, c’est l’humain dans tout ça, pas le cadeau en lui-même.
    Bref, tout n’est pas que consommation pour moi dans cette période.

    • Cécyle

      Il se dégage tant de souffrance derrière les boules des sapins et les lampions… ! La famille se rabiboche pour « les fêtes », pour éclater un peu plus après. Que de faux-semblant sur fond de consommation acharnée ! Pourquoi s’infliger tout ça ?
      Du bon ? Lequel ?
      Les cadeaux ? Ma chance est de ne plus jamais en faire ni en recevoir à cette occasion-là. Chacun ses choix.
      J’avais écrit ce texte (ici) pour une amie, l’année dernière. Je n’en retire pas une virgule.

  • Eva D'Ancona

    Merci encore à ma môman athée et « cartésienne » de ne pas m’avoir fait croire au père Noël !
    Même si ça « forge le caractère » d’apprendre qu’il n’existe pas…
    A mon avis ce n’est pas incompatible avec l’imaginaire et la féérie.
    Ce qui fait la valeur du rêve c’est justement que c’est un rêve et pas une croyance.
    A propos… Et Dieu dans tout ça ?

    • Cécyle

      Dieu ?
      Il se marre, je crois ! Du moins, je le lui souhaite ! 😉
      C’est vrai que le rêve n’est pas croyance ; mais l’imaginaire reste ancré dans / encré de nos croyances. Et le rêve se nourrit d’imaginaire… Difficile émancipation.

      • Isabelle

        Il rit dans sa barbe ?! 😉

        • Cécyle

          Rêve… Croyances… Imaginaire…
          Mais d’où tu tiens que Dieu aurait une barbe ? 😉

          • Isabelle

            Mais, Cécyle, tu ne le vois pas ?!!!
            Il a une barbe blanche, un bonnet, une veste et un pantalon rouge et des bottes noires ! Je sais, je l’ai vu dans le métro ! 😮

          • Cécyle

            Isabelle, voyons ! Il s’agit de Dieu, pas du Père Noël ! Tsss… 😉

  • Evy

    J’ai aimé Noël quand j’étais petite et en plus j’avais ma jumelle avec qui partager tous ça. J’aime les souvenirs que j’en ai.
    Il n’y a pas si longtemps, j’ai travaillé dans le commerce CD/ DVD etc. et là, j’aime mieux vous dire que ça tue Noël définitivement !!! Il n’y a rien de magique ni de gentil dans cette foule de gens qui se rue pour acheter.
    Les réunions de famille, ce n’est pas à ce moment de l’année que je les préfère. Il y a parfois une sorte de status quo au niveau des tensions qui existent au sein des familles, mais ça me met un peu mal à l’aise. Et en plus je n’ai pas d’enfants et ma mère en est très triste, alors c’est toujours la période des réflexions un peu douteuses.
    Par contre, il y a parfois quelque chose dans l’air au moment de Noël quand il neige et que tout semble figé qui est assez agréable pour moi, mais c’est plus une communion avec la nature qu’avec les coutumes de « fête » .

    • Cécyle

      On peut avoir cette même nature « figée dans la neige » (j’adore aussi !) sans Noël. Cela m’évoque le ski…
      Ce qui me gêne, ce sont les « obligations de faire la fête », d’être « en famille », car je crois que c’est ce sentiment d’obligatoire qui biaise tout, même les plus belles intentions.

      • Evy

        Oui oui c’est tout à fait ça. D’ailleurs les membres de ma famille sont un peu surpris que ma compagne et moi n’échangions pas de cadeaux particuliers en cette occasion « particulière ». Mais nous on préfère se faire des cadeaux spontanément, quand ça nous prend, sans raison et sans obligations. C’est tellement bien comme ça.

        • Cécyle

          Oh que oui !! 😉

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>