Pucer @11

En écho à un billet de Cécyle sur les paradoxes et contradictions de certaines démarches militantes, je me suis retrouvée récemment à une réunion privée dans un local syndical. Sur le tableau blanc, il était notamment indiqué des informations personnelles : nom et prénom d’une personne avec numéro de dossier à la préfecture et la précision que le numéro de portable n’était pas connu. S’il l’avait été, je ne doute pas qu’il ait été écrit.
Les personnes présentes à cette réunion n’avaient strictement rien à voir avec les activités de ce syndicat, mais nous étions autorisés à y entrer, donc on pourrait penser que ce n’est pas bien grave. Pourtant, déjà, je trouve que c’est problématique pour le respect de la vie privée de cette personne et la confidentialité des informations. Mais, plus encore, ce qui est à mon sens regrettable est que ce local a deux pans de murs constitués de grandes vitres permettant parfaitement de voir à l’intérieur, jusque sur le tableau blanc…

1 réflexion sur « Pucer @11 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.