À table ! @4

Quand j’étais petite (ça commence mal !), nous fréquentions peu les supermarchés, faisions les grappilles et maman participait à une biocoop associative où le bio était le moyen de manger végétarien. Eh oui ! les années 70. Maman a eu sa période végétarienne… et macrobio (je vous avais prévenus !) J’en ai gardé un souvenir impérissable de la daube de la cantine et une « culture » des légumes et des céréales qui va bien à mes velléités actuelles de prendre soin de mon corps.
Mais je ne consomme pas bio, ni ne fréquente une Amap ; c’est hors de prix et pas forcément de meilleure qualité nutritionnelle et gustative. J’en ai déjà parlé. Il m’arrive pourtant d’aller dans des magasins bio non pas acheter du bio pour le bio mais parce que l’on y trouve des produits (céréales complètes et autres protéines végétales) que je cuisine et mange avec plaisir ; et que je ne trouve pas ailleurs.
Je suis ainsi allée dans un magasin place de Catalogne, quartier « classes moyennes chics » pas très loin de chez moi acheter de la semoule de couscous complète. Nous étions en pleine canicule de mi-août et là, ô ! surprise suspends ton bio. Le magasin était climatisé, porte grande ouverte. J’ignorais que les charançons aimaient la fraîcheur… Les mites, peut-être ?

4 réflexions sur « À table ! @4 »

  1. Michele Chazeuil

    Et bien, cette biocoop à Lunel existe toujours, et nous sommes toujours 100 bio-copains (chiffre que nous ne voulons pas dépasser), et j’en fais toujours partie. C’est toujours dans un garage (pour mémoire, je rappelle qu’à l’époque dont tu parles, c’était dans une pièce de la maison de François Roux, avocat de nombreux non violents de par le monde). Chaque fois que je vais à Lunel pour les ATP, je passe une commande à mon amie Ghislaine…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.