Grand homme @12

À propos de Françoise Dolto, j’aime cette anecdote.
Quand j’avais une douzaine d’années, maman s’est inquiétée de mon écriture auprès de l’un de ses professeurs (elle faisait son année de formation en psychomotricité) ; j’écrivais petit, mal, de manière quasi illisible, surtout pour la bigleuse que j’étais. La réponse qu’on lui a donnée — entendre « qu’elle m’a transmise » — était : « Laissez-la écrire mal. Ce serait pire si elle faisait pipi au lit. »
J’avais donc toute légitimité à écrire mal, ce dont je ne me suis d’ailleurs jamais privée.
Quelques années plus tard, dans une de ses chroniques, Françoise Dolto parle d’énurésie : « Un enfant qui fait pipi au lit est un enfant qui a soif. » Tiens… Tiens… Souhaitant ne prendre aucun risque, je me suis mise à boire chaque fois que j’avais envie de faire pipi. Et c’est comme l’écriture illisible, je n’ai jamais cessé !
Et je vous laisse imaginer les conséquences nocturnes de ce raccourci psycho-… schmoll ?

4 réflexions sur « Grand homme @12 »

  1. sonatehome

    Encore moi, et encore une grande fane de F. Dolto. J’ai lu beaucoup d’elle quand je suis tombée enceinte car j’avais l’humilité de me dire que je ne savais rien de et sur l’enfant. J’ai préféré prendre ce que d’autres avaient mis des années à trouver et savoir pour m’en inspirer et composer. je n’ai jamais regretté ces lectures.
    Mon petit garçon écrit mal et ne fait pas pipi au lit… A suivre…

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      L’Ina permet de réécouter. Et je trouve que Claude Halmos a le même ton.
      J’espère que tu as lu à haute voix que ton fils entende in utéro. Dolto aurait adoré ça ! 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.