Couple @8

J’écoute beaucoup moins de balados* qu’Isabelle, mais je me régale toujours à écouter la chronique Savoir être de Claude Halmos sur France Info ; cela me rappelle sans doute quand nous écoutions religieusement Françoise Dolto sur France Inter. C’était en 1978 : « Lorsque l’enfant paraît ». Quel souvenir !
Je reviens à Claude Halmos. Elle ne fait pas de cadeaux, notamment aux mères ; et j’aime bien sa manière d’y aller petite claque par petite claque… Ce 4 août 2012, il est question d’une mère, justement, qui peine à laisser ses enfants jouer au Club enfants ; elle travaille toute l’année et les voit peu. « Quand on aime quelqu’un, on a envie d’être avec lui ou elle le plus souvent possible. (…) Mais aimer ses enfants, c’est faire en sorte qu’ils se construisent le mieux possible (…) devenir de plus en plus des êtres autonomes (…). Aimer ses enfants, c’est supporter qu’ils aillent aimer ailleurs, des choses, des gens. »
N’est-ce pas que du bonheur d’entendre une chose pareille ? Aussitôt, j’ai envie de transposer à la relation amoureuse, au « couple ». Claude Halmos conclut : « Pour supporter que ses enfants vivent leur vie, il faut avoir une vie à soi, une vraie vie. » N’est-ce pas la même chose quand on est adulte ? Et peut-on sérieusement construire une relation avec quelqu’un qui n’aurait pas « sa vie à soi » avec comme condition que l’on accepte qu’elle ou il « aime ailleurs », au sens où l’on accepte que la relation amoureuse ne soit pas l’unique espace de la vie de chacun ?
Je suis si convaincue de cela… Sans doute parce que j’ai reçu une éducation me permettant d’être « de plus en plus autonome », notamment vis-à-vis de mon handicap visuel. Et Claude Halmos pose sa dernière phrase : « Pour s’autoriser adulte à avoir une vie à soi, il faut avoir été autorisé enfant à vivre une vie d’enfant sans ses parents avec des enfants de son âge. » Si vous n’arrivez pas à avoir votre vie à vous, vous savez désormais auprès de qui porter réclamation !

* Terme français pour Podcast dit Antidote.

4 commentaires pour Couple @8

  • Isabelle

    Merci pour cette découverte de « balados » !
    Comme j’aime me baladonner à l’écoute des baldados ! Je peux me baladorer la pilule le long du canal ou me faire baladorloter dans mon canapé en écoutant Claude Halmos (car, comme je ne suis pas mère de famille, je me fais rarement baladoucher, ouf !)

    • Cécyle

      J’étais contente de trouver le mot. Et suis ravie qu’il t’inspire ainsi ! 😉

  • sonatehome

    Je suis une inconditionnelle de C. Halmos. Elle a une petite rubrique dans la revue de vulgarisation Psychologie magazine dans laquelle les enfants peuvent lui poser toutes sortes de question ; vraiment super.
    Elle a raison, les parents sont responsables, et je pense en plus qu’ils le sont « de tout » !

    • Cécyle

      J’ai une amie qui achète Psychologie magazine pour cette seule rubrique ! 😉
      Je dirais plus « à l’origine » que « responsable » ; car je crois que l’on peut s’en défaire, ou s’en satisfaire, sans s’y complaire, sauf s’il s’agit de leur plaire… Je m’amuse !! 😉 Mais suis au fond d’accord. C’est juste que j’aime bien me dire que le libre arbitre existe. Mais n’est sans doute pas antinomique.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>