Savoir @2

Codes civilsEn juin, j’ai passé un concours avec des épreuves juridiques. Il était précisé à l’inscription que les codes « non annotés » étaient autorisés. J’ai donc pensé que mon exemplaire du Code civil avec jurisprudence n’était pas valable et me suis rendue dans une librairie avec un rayon spécialisé. Le vendeur m’a désigné, comme codes non annotés, ceux publiés par les Journaux officiels.
À réception de la convocation, je m’aperçois que l’interprétation est bien plus large que celle que le vendeur et moi avions faite. J’emporte donc la version des JO et celle avec un appareil plus abondant. Lorsque les surveillantes passent vérifier qu’il n’y a ni papiers, ni annotations manuscrites dans les ouvrages, l’une tique et me demande pourquoi j’ai deux codes civils. J’explique qu’il m’est plus simple de chercher d’abord dans le texte législatif seul pour me reporter ensuite au bon article dans l’autre, moins aisé à manipuler quand on n’est pas habitué. L’autre réagit que c’est bon, car c’est bien le texte intégral, non ?
J’ai trouvé assez amusant qu’elles s’interrogent sur la légitimité de consulter le texte officiel plus que des éditions privées.

1 commentaire pour Savoir @2

  • Cécyle

    Un exemple du démantèlement sur service public, peut-être ? 😉

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>