Sauna @14

À la une d’un journal, je suis tombée récemment sur la publicité d’un site de rencontres avec ce texte : « Puisque je dois séduire à nouveau, je préfère le faire auprès de gens qui cherchent une relation vraie. » La lourdeur de la phrase est peut-être voulue pour « faire plus vrai », mais passons. C’est surtout le texte, essentiellement la contradiction interne de la phrase, qui m’a frappée.
Comment vouloir une « relation vraie » en commençant par « l’obligation de séduire » ? Si la séduction ne concerne que la première phrase de la relation, est-ce à dire qu’ensuite, il n’y a plus besoin de séduire ? Pas étonnant que les relations ne durent pas si une fois que c’est dans la poche, on ne cherche plus à susciter l’envie… C’est ça une relation vraie ?
Comme vous le savez si vous parcourez déjà ce blog (ou comme vous allez le découvrir sinon), Cécyle et moi apprécions d’explorer la langue, notamment avec divers dictionnaires. Rappelons que séduire vient du latin « seducere, détourner de la voie vertueuse ». Ce n’est ni la question de la vertu, ni celle du vice qui m’intéresse ici, mais l’idée de dissymétrie que contient cette idée de détournement : il y a déséquilibre entre celui qui détourne et celui qui subit ce détournement, même de façon volontaire. Or, mon idée d’une relation est qu’il y ait une communauté d’envie et une égalité de considération de l’un et l’autre, bref un rapport réciproque. Il manquerait donc à séduire ce complément important, voire essentiel : être séduit.
Personnellement, ce « devoir séduire » m’est désagréable et je trouve un peu pénible que l’on cherche à me « séduire ». Je m’ennuie vite au jeu de séduction allusif et superficiel qui tourne au discours sur la relation avant d’être une relation. J’aime beaucoup plus que l’on me plaise et que je puisse plaire. Bien sûr, c’est dans les deux cas, une certaine façon d’être : souriant, attentif, attentionné, ouvert, à l’écoute, etc. Mais, l’intérêt est que ce soit l’autre tel qu’il est habituellement, pas une stratégie (de coach ?) pour arriver à ses fins. Tout l’enjeu intéressant est déjà d’être dans la « relation vraie » et que ce soit cette relation même qui soit plaisante, donnant envie de l’enrichir, la construire, la densifier.
Je pourrais résumer cela en deux questions : l’important « Qu’est-ce que proposes ? » a un corollaire incontournable « Qu’est-ce que tu apportes ? »

2 réflexions sur « Sauna @14 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.