Changement @6

Notice Pena 2012...Hier, c’était la fête du Travail (le truc vrai ou faux), euh, non pardon, c’était la semaine dernière. Hier, c’était… c’était quoi déjà ? 6 mai 1012… Ah ! Oui, c’était ma reprise du travail après quelques temps de congés.
Bref, je voulais évoquer ici une mésaventure récente liée au travail : dans une notice destinée à un jury de concours, j’ai complément oublié plusieurs années d’expériences professionnelles importantes. Je suis passée de mes emplois étudiants ou en CDD à mon poste actuel. Pourtant, j’ai trouvé que visuellement le cadre destiné aux « expériences professionnelles antérieures » était singulièrement grand et vide. J’ai percuté plusieurs heures après et repris cette notice. Pourquoi cet oubli ? C’est énorme, un peu plus de la moitié de ma carrière dans la fonction publique…
En y réfléchissant, je ne peux pas dire le pourquoi, à part sans doute que j’avais la tête à d’autres idées, mais je pourrais y donner un sens. Toutes mes expériences antérieures à mon « entrée » en grande pompe dans la « vie active » ont été formatrices, me permettant d’appréhender le monde du travail, ses contraintes, son environnement, la vie de ceux qui cumulaient plusieurs boulots dont nous parlions à 3 heures du matin dans les locaux d’un quotidien ou au détour d’une rue en attendant la livraison des journaux qui allaient nous séparer, les difficultés psychologiques de certains employés d’une coopérative et les limites de l’action de leur hiérarchie, etc.
Puis, j’ai eu un emploi à temps complet prenant la suite de mes années d’études. Deux postes se sont succédés et à chacun, j’y ai rencontré quelqu’un qui a été professionnellement importante, me permettant de comprendre mon environnement, me donnant des moyens d’y vivre, m’offrant de la reconnaissance, m’incitant à avancer… Je leur dois beaucoup, l’un plus qu’à l’autre, car j’avais déjà avancé.
Mon poste actuel est sur la durée celui où j’ai continué à progresser, plus profondément, avec ce second collègue, cela a été un épanouissement de capacités, de compétences, mais surtout de sentiment de mes propres potentialités, envies, de ma « carrure », de mes choix… Au final, j’ai « zappé » ce qui a été intermédiaire entre ce qui a été le plus formateur au début de ma vie de travail et ce qui est le plus formateur pour l’avenir, car je suis prête à envisager la dynamique d’un avenir. Joli constat.

PS (c’est dans l’air du temps) : ma boutade vient d’une erreur, car j’avais bien prévu de publier ce billet le 2 mai, mais une manipulation malencontreuse l’a mis à une autre date. Décidément, il y a beaucoup de lapsus, si ce n’est calami, au moins comportementaux ?…

3 commentaires pour Changement @6

  • Cécyle

    Gageons Isabelle que désormais tu te souviennes de la règle de deux verbes qui se suivent… Qu’il serait beau, le changement ! 😉

    • Isabelle

      Je ne comprends vraiment pas à quoi tu fais allusion, car je suis allée voter après le travail !

  • Isabelle

    En tous les cas, cela veut bien dire que le changement n’est pas tout, l’essentiel est l’évolution, la bonification, le progrès, le perfectionnement…

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>