Régis @3

Lors du culte de Pâques, le plancher d’un lieu de culte évangélique s’est effondré. Une fillette est morte ; d’autres blessés graves sont à déplorer. Sur France info au journal de 23 heures dimanche 8 avril 2012 (en écoute ici « Drame de Stains : On demande un soutien, des prières, ou ce sera trop lourd pour nous »), un représentant de cette communauté évangélique s’exprime. Au fil de son propos, les sanglots se mêlent à sa voix et il conclut : « (…) la communauté haïtienne, des fois dans des conditions difficiles, on essaie de rester en contact avec le Divin, avec Dieu, et que ça nous arrive, on ne comprend pas tout. »
La foi de cet homme m’a touchée. Il y a quelque chose de si pur dans sa voix, quelque chose de si fort. Comment ne pas le prendre contre soi, et justement parce que je ne prie pas, lui dire que Dieu n’y est pour rien ! Il ne l’a pas trahi, ni lui, ni les siens. Juste Dieu, ce n’est pas celui qui décide ou qui agit pour ou contre nous, ni celui qui juge ; Dieu, c’est une dimension de nous-mêmes. Rien d’autre. Et c’est déjà si essentiel…
Oui cet homme m’a touchée, vraiment. Sa foi rend son désespoir si grand ! Et son espoir tellement vain. Quel dommage ! Quel gâchis ? Oui, en quelque sorte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.