Kendo @5

Je travaille toujours mon judo le lundi matin en binôme avec monsieur C. Il me fait répéter des prises à l’infini, de manière statique d’abord, puis en déplacement, et enfin en enchaînement : je suis censée le faire se déplacer de manière à pouvoir placer telle ou telle prise ; il esquive ; j’enchaîne avec une autre et ainsi de suite. Je ne le fais pas chuter et, le plus souvent, à force de tourner en rond et de perdre l’équilibre à tenter de le déséquilibrer, c’est moi qui chute, ou plus exactement qui m’affaisse sur le tatami.
Passons.
Ce lundi matin, nous en étions à cet exercice et, comme à l’habitude, monsieur C. me rudoie (gentiment) afin de me pousser à être plus « agressive ». Je manque en effet de combativité ; je défends plutôt et essaie de « faire de jolies prises » sans y mettre de pugnacité particulière. Et il est clair qu’il me faut en acquérir si je veux progresser. Le judo, c’est aussi un sport de combat !
— Allez ! Attaque ! m’invite monsieur C.
Je tente quelque chose d’un peu mou. Il esquive et je me retrouve par terre.
— « Attaquer » ? Mais vous savez bien que cela ne fait pas partie de mon vocabulaire.
— Entame une procédure de prise, si tu préfères !
Y a pas ; je l’adore !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.