Colère @4

Maintenant que mon inconscient s’est exprimé, une anecdote.
Dimanche, je suis passée à la manifestation pour « la République unie contre le racisme, l’antisémitisme et l’intégrisme », manifestation où j’ai vu moins de manifestants que la police… C’est bien la première fois que cela m’arrive. Passons.
En partant, j’ai croisé ma voisine algérienne.
— Vous allez vous promener ? Il fait beau !
— Non, je vais à la manifestation silencieuse en hommage aux victimes du tueur de Toulouse.
On parle un peu. Elle est comme tout le monde, indignée.
— Et mes filles m’ont dit « C’est bien triste que ce soit un Algérien » et…
Je l’interromps.
— Non, madame J. Il était Français. Il faut arrêter de dire que ces jeunes sont français quand ils marquent des buts et algériens quand ils commettent des crimes.
Elle en a convenu mais a eu du mal à entendre véritablement ma remarque, reprenant souvent « Algérien » par la suite, désignation que je modifiais chaque fois en « Français ». Oui. Français. Peu m’importe au fond car qu’il ait été algérien n’aurait rien changé pour moi. Mais pour Marine Le Pen, oui !
Et ça aussi, cela fait partie de ma colère. Ça surtout, peut-être…

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>