Corps @3

Je regardais un reportage sur France 2 (3 mars 2012) sur les thérapies via des cellules souches. L’espoir qu’elles suscitent est immense mais leur usage reste réglementé tant les médecins ne savent pas où ils vont et tant notre système de droit s’oppose à la marchandisation du corps humain. Et cet espoir, forcément, suscite les appétits : des cliniques privées proposent des traitements miracles contre des sommes importantes ; 20.000 euros, en Allemagne. Et l’on voit un monsieur fort riche venu d’Amérique du Sud se faire soigner. Il ne cache ni sa richesse, ni sa conscience du risque.
La pratique n’est pas légale mais… si les riches acceptent de payer si cher pour devenir des cobayes, ne puis-je pas m’en réjouir ? Voilà au moins que leur argent sert une belle cause et que leur utilité sociale pose moins question… Le patient suivant est un enfant roumain de 2 ans ; sa famille a emprunté de l’argent partout pour le faire soigner sur la foi des allégations de cette clinique. Six heures après l’injection de cellules souches dans son cerveau, il est mort. Et sa mort est la conséquence directe de cette injection.
Je ravale aussitôt ma nouvelle vision de la justice sociale ! Car même si cet enfant avait été le fils du plus riche des riches, il n’aurait pas mérité ça. Et la recherche médicale ? Vaste question…

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>