Paris @15

Métro, boulot, dodoJe suis sur la ligne 2 du métro avec Sarah. Des contrôleurs sont dans la rame (une rame sans wagons séparés). Montent deux dames, la « soixantaine active », habillées aux couleurs des années 70. Des voyageurs montent et redescendent aussitôt. Les contrôleurs n’avancent pas, ils s’occupent de quelqu’un qui n’a pas son billet.
— Pour piéger les gens, ils savent faire ! Quand on veut des renseignements ou des tickets, ils ne sont jamais là.
J’en conclus que ces deux dames paient leur transport. Ont-elles conscience qu’elles paient ainsi pour celles et ceux qui ne paient pas et que les contrôles sont le seul moyen de limiter la fraude ? Il semble que non. Cela m’agace. Sarah me dit en riant « Elles doivent être de gauche. » Mais la gauche « n’a pas le monopole du cœur » disait Giscard. Ni celui de la bêtise. Et pourtant… Je suis sûre qu’elles l’étaient, de gauche, avec une chance sur deux de me tromper. Cela reste un peu idiot, comme hypothèse. J’avoue : ça m’arrive (mais c’est rare, quand même !)

2 réflexions sur « Paris @15 »

  1. Isabelle

    Le verbe piéger est particulièrement révélateur. Les fraudeurs savent très bien que les transports sont payants (et qu’heureusement qu’il y a des personnes qui les paient par les billets, les abonnements, les impôts). Ils savent aussi qu’il existe des contrôles dans l’enceinte même des transports. Même quand les contrôleurs sont cachés, où est le piège ? Personne n’est trompé sur une prétendue gratuité.
    D’ailleurs si ces dames souhaitaient pouvoir trouver du personnel plus disponible, il faudrait que tout le monde paye pour que les agents soient moins occupés à des contrôles et qu’il y ait de l’argent pour en rémunérer plus. Elles ne peuvent s’en prendre qu’aux fraudeurs, pas aux contrôleurs.
    Je trouve cette rhétorique très déplacée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.