Canette @9

Qu'il est beau mon gilet !Le fameux gilet jaune fluo a permis à un célèbre couturier de s’autoparodier pour une « bonne cause ». Devenu obligatoire sur les routes, le port de ce vêtement voyant et réfléchissant s’est généralisé aux ouvriers, même ne travaillant pas au bord de routes, même pour des opérations en plein jour. Il y a parfois des variantes et des utilisations inattendues. Dans un grand musée à Paris par exemple, des agents travaillant dans le grand hall sous la pyramide portent des gilets orange marqués du musée lors de certaines procédures ou dans des circonstances pour être particulièrement visibles. D’autres agents portent ponctuellement des gilets bleus, moins accrocheurs, mais permettant tout de même leur identification, surtout associée au grand « I » pour information qu’ils arborent dans le dos.
Toutefois, ils sont concurrencés par d’autres porteurs de gilets, dont ils se démarquent heureusement par… la taille. En effet, de plus en plus, les enfants des groupes scolaires sont affublés de gilets jaunes ou orange remplaçant les casquettes monochromes ou autres signes distinctifs censés permettre de ne pas (trop) les égarer. Cette surenchère de visibilité produit bien évidemment un effet négatif où l’agressivité des couleurs s’associe à l’uniformisation ne permettant plus de distinguer les caractéristiques vestimentaires individuelles.
Ah ! La sécurité, quel fabuleux prétexte au nivellement identitaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.