Changement @5

Constitution de 1958Un cours de droit constitutionnel m’a permis de prendre conscience d’un élément notablement manquant dans la campagne électorale en cours : la question des élections législatives… J’ai aussi ainsi compris ce que Cécyle, bien plus experte que moi en politique et en droit constitutionnel, me disait depuis longtemps déjà. Avec le quinquennat, le suivi rapproché la même année des scrutins pour élire le chef de l’État et les députés offre une cohérence entre la couleur politique de la majorité à l’Assemblée et celle du président de la République. On a vu comment cela permet une véritable implication de ce dernier dans les affaires du gouvernement.
À mon sens, il importe aussi, voire surtout, de se mobiliser pour les législatives. Beaucoup d’analystes considèrent que le vote a plus de chance d’être constant d’une élection à l’autre étant donné le peu de temps entre les deux. Pour autant, je pense qu’il est plus facile aussi de mobiliser les électeurs pour les législatives quand il s’agit d’un vote d’opposition, or il me semble douteux de pouvoir réussir à emporter à gauche un coup double. Je pense qu’il vaut mieux un président de droite et une majorité de gauche que l’inverse pour qu’il y ait une véritable possibilité pour la gauche d’être efficace. Dans cette optique, le « vote utile » aux présidentielles m’apparait comme encore plus risqué, en plus d’étouffer les voix discordantes de celle du candidat désigné du parti socialiste.
Pour autant, il ne s’agit pas de laisser un boulevard à un candidat à la présidentielle, il est bien plutôt de ne pas laisser un boulevard à la majorité parlementaire correspondante. Ce n’est pas le 23 avril qu’il faudra y penser.

5 commentaires pour Changement @5

  • Cécyle

    Il y a en effet peu de chance que la majorité présidentielle ne soit pas la majorité législative, par « effet d’entraînement » que renforce le scrutin par circonscription. La seule chance d’avoir un Parlement à gauche avec un président à droite serait que ce président soit très à droite, très très à droite, et que nous ayons une réaction « citoyenne » de type deuxième tour de la présidentielle de 2002… Tu me suis ?
    Je sais, c’est à pleurer !
    Pleurons.

    • Isabelle

      Je te suis très bien. Mais, voter à la présidentielle selon cette logique serait jouer contre son camp (heureusement, car sinon, ce serait encore plus à pleurer) !
      D’ailleurs l’expression même de « vote utile » m’a toujours gênée, comme si le fait d’exprimer son opinion et son choix de libre de citoyen pouvait être décrété inutile. L’arrogance de politiques jugeant une voix inutile dans un suffrage universel démocratique marque un véritable irrespect pour la liberté des électeurs (sans compter l’outrecuidance de ne pas se remettre en question en considérant qu’il faudrait peut-être avant tout être capable de fédérer les électeurs avant de les critiquer). Quand ce sont des hommes politiques de gauche qui le disent, y aurait-il aussi de quoi pleurer ?

      • Cécyle

        On donne ses signatures à Marine Le Pen, alors ? 😉

        • Isabelle

          Qu’il est confortable de ne pas avoir à choisir de parrainer tel ou tel candidat !
          Pour ma part, je répondrais oui, car à l’autoproclamation des martyrs, je préfère le verdict des urnes, soit pour être rassurée, soit pour s’inquiéter un peu plus et espérer que certains partis réfléchissent à de meilleurs moyens de convaincre et de gagner les législatives.

          • Cécyle

            Mais la démocratie a ses règles. 500 signatures, donc. Comme le disait Éva Joly au moment du recours devant le Conseil constitutionnel, si elle ne les obtient pas, la démocratie se sera aussi exprimée.
            Je suis favorable aussi à la présence du FN à cette élection, comme à toutes les autres. Mais qu’il n’y soit pas ne serait pas « antidémocratique ». Ce serait. Tout simplement.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>