Va chez l’gynéco @2

Jeudi dernier, Isabelle est allée donner ses plaquettes. Elle donne son sang aussi. Et j’en suis à la fois très fière et jalouse !
J’ai toujours voulu donner mon sang mais ai une véritable phobie de la simple prise de sang pour contrôle. Je l’ai transformée en « prise de croissants » pour y aller, imaginant les deux croissants dont je me goinfrerai à la sortie, ma récompense. J’ai peur de m’évanouir car je suis à jeun — alors que je cours une heure le matin sans avoir mangé. J’entends le sang monter dans le tube (je vous jure !) et cela me glace… le sang. J’ai peur de me « vider de mon sang » et surveille le sparadrap toute la journée. Rien que d’écrire ces mots, j’ai des douleurs dans les avant-bras… La totale !
Il y a trois ans environ, Sarah — qui donne aussi régulièrement son sang — a pourtant réussi à me rassurer assez pour que je l’accompagne lors d’un don. J’ai été reçue par un médecin et, à l’interrogatoire, j’ai dit, entre autres choses, que j’avais été opérée d’un Wolf. Malheur ! Il n’a voulu prendre aucun risque — alors qu’il n’y en avait aucun — et je n’ai pas pu faire ce don sauf à revenir avec un certificat de mon cardiologue. Dans le même temps, le don de Sarah s’est mal passé et, en dépit de ses efforts pour me cacher son énorme bleu, je l’ai vu.
Verdict ? Je me sens incapable d’y retourner.
Alors merci Isabelle, un grand merci. Et si donner votre sang est quelque chose que vous vous sentez de faire, prenez-en le temps. Merci à vous aussi.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>