Brosse @10

Je suis allée dans une de ces parfumeries qui font beaucoup de publicité, pour renouveler mon parfum… Amour. C’est son nom. Forcément il sent très bon, et est très cher ; l’amour cela sent très bon et est… Passons.
J’entre. Lumières agressives. Sol très sombre. Musique forte. Fragrances à ne plus savoir qu’en sentir. D’emblée, je ne suis pas à mon aise.
— Je peux vous aider ?
Je me dirige vers la voix de la dame que je vois à peine et lui tends la carte de fidélité que l’on m’avait donnée quand j’avais acheté ce parfum pour la première fois, carte où j’avais collé l’étiquette de mon flacon vide, pour ne pas me tromper. La dame m’indique que la jeune fille là-bas va s’occuper de moi. « Là-bas »… C’est loin. Je peine à la trouver. Je tourne en rond autour de la caisse. On se trouve enfin. Elle regarde mon étiquette et m’emmène vers le bon rayon. Elle fait très commercialement la conversation ; mon parfum est si délicieux, blabla… ; blabla ; et vous avez la carte de fidélité…
— Elle est peut-être périmée. J’ai acheté mon précédent flacon il y a deux ans.
— Vous ne mettez pas beaucoup de parfum !
J’argue que j’en mets pour moi, un peu, sur la peau.
— Attendez, je vais vous montrer !
Et me voilà aspergée d’Amour comme jamais ! J’en ai plein la bouche, les oreilles, la veste, partout.
— Ils vont être contents, ce soir, mes partenaires, au judo.
Elle rit aux éclats. On retourne vers la caisse. Et blabla sur mettre la dose, pour « sentir bon de loin ». Elle m’abandonne près de la caissière, qui m’assure à son tour que non, les cartes ne se périment pas, mais que…, vérification faite, la mienne date vraiment !
— Je dois la remettre à zéro. Dans quatre achats, vous aurez 10 % de réduction.
— Ce sera dans huit ans alors. Je ne me maquille pas et consomme peu de parfum.
— Pour un cadeau peut-être… Selon les personnes…
Je me sens de plus en plus en pays étranger. Je tente un trait d’humour.
— Si vous vendiez du chocolat, je viendrais plus souvent…
Elle rit, pleine de bienveillance.
— C’est une idée ! Tenez, du lait pour le corps et un contour des yeux, en échantillon. Nous vendons les crèmes aussi. Et voici une carte, pour un nouveau parfum. Si vous venez ces jours-là, on vous offre deux bracelets.
Je ne sais quoi dire tant l’appât sort de mon entendement. Seul me vient, ton gentiment moqueur…
— Deux bracelets ? Le bonheur !
Définitivement affligée et compatissante, elle répond…
— Je comprends.
Merci !

2 commentaires pour Brosse @10

  • Pour sentir bon, faire alterner, durant un ou deux mois, à raison d’une fois tous les quinze jours, un bain au son et aux feuilles de noyer pilées en décoction (trois poignées de son et de feuilles), un bain à la vigne rouge qui — de plus — est bon pour la circulation sanguine, et un bain à l’écorce de chêne (300g en décoction).
    En sortant du bain, masser longuement la peau encore humide avec un mélange de pétales de roses pilés et d’huile d’amandes douces.
    On peut se faire aider… pour la cueillette d’abord, pour les soins ensuite.

    Ornella

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>