Pauvres enfants ! @9

Une marque de chaussures fait poser sur une affiche une couple lesbien avec un enfant. Et comme la vérité sort de la bouche des enfants, on peut lire « La famille c’est sacré ».
Les associations traditionalistes s’insurgent, on s’en doute. Et les homos se félicitent de cette belle visibilité. Et pourtant, je n’ai pas envie de me féliciter que ce message soit porté par deux lesbiennes car justement c’est un tel message d’assimilation à l’ordre hétéronomatif qu’il m’en pousse des envies de poser des bombes !
Non, la famille ce n’est pas sacré ! La famille, c’est ce qui tient debout la société telle que je la combats, cet ordre qui opprime les femmes et asservit les plus pauvres. Et que deux lesbiennes portent ce message, ça me … ça me… Vous m’aurez comprise.
Boum !!

3 commentaires pour Pauvres enfants ! @9

  • Un couple de lesbiennes qui ont un enfant, ça ne veut pas dire qu’elles pensent que « la famille c’est sacré » ? Il me semble qu’en l’occurrence, elles sont considérées comme des parents, et pas uniquement comme des lesbiennes. Quand ce genre de pub ne met en scène que des familles à parents hétéros, les homos militants pour leur cause s’insurgent aussi…
    Et pour moi, « la famille c’est sacré », ce n’est pas hétéronormatif, c’est juste normatif.

    • Cécyle

      Hélène, oui, tu as raison, c’est juste normatif.
      Mais parce que je crois que les homos ne devraient pas, par nature, l’être, je ne peux me réjouir d’une telle représentation que je préfère laisser aux familles hétérosexuelles. Chez les militants homos, il y a des militants de la norme (le fameux « droit à l’indifférence »). Ils sont d’ailleurs majoritaires.
      Et tu t’en doutes, je n’en suis pas ! 😉

  • Isabelle

    « La famille, c’est sacré » : c’est religieux, objet d’un culte ? C’est un incontournable que l’on ne peut critiquer ? C’est lié au sacrum ?
    Cela reste normatif : deux parents et un enfant (pourquoi pas un parent ? pourquoi pas trois parents ?). Il y a tout de même un point qui a attiré mon attention : le gamin est soit de père noir ou métis, soit adopté…
    De quoi faire la nique à ceux qui hurlent qu’il faut refuser l’adoption aux homosexuels, mais aussi à celles (notamment) qui estiment que la loi n’est pas respectée et que les homosexuels n’obtiennent pas d’agrément même en tant que célibataires.
    Cela peut aussi renforcer l’idée que c’est quand même une famille « à part » et me fait penser aux couples gays américains autorisés à adopter des enfants dont les couples hétérosexuels mariés ne veulent pas parce qu’ils sont noirs ou porteurs du VIH.
    Cette publicité laisse donc la porte ouverte à de multiples interprétations.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>