Pauvres enfants ! @8

Interception, le magazine de la rédaction de France interL’émission Interception (le magazine de la rédaction de France inter, dont j’ai déjà parlé) du 26 juin dernier s’intitulait Corons alternatifs. Bruay-la-Bussière, autrefois Bruay-en-Artois, cherche à redonner un peu de vie à une commune marquée par la fermeture des mines et un chômage important.
Une femme, issue d’une famille avec des parents ivrognes et vingt-deux enfants enlevés très tôt pour être placés, évoque la famille qu’elle a fondée. Alfreda dit : « J’ai beaucoup d’enfants, en tout onze. Onze enfants, sept garçons et six filles. » Elle commence à donner les prénoms, les énumère comme une liste avec parfois un brin d’hésitation, puis ajoute « J’en ai tellement, j’ai du mal à retenir tous les prénoms, toutes les dates de naissance. » Cela fleure le misérabilisme, mais…
Un projet artistique permet à des habitants de s’exprimer. Alfreda a un CAP de couture et prend tous les boulots qu’elle peut trouver, travaillant déjà dans un restaurant le week-end. Dans ce projet, Alfreda est « artiste occasionnelle ». Plusieurs fois, elle parle d’art plastique et dit : « C’est ma passion ». Elle explique à propos de ses enfants « C’est moi qui faisais leur art plastique et alors à chaque fois, ils avaient un vingt. »
Son témoignage est touchant, plein de retenue et de bienveillance. Alfreda travaille au montage d’une « piste de danse pour Martiens ». Elle s’est lancée, comme « si elle était montée dans un train ». En effet, elle n’a jamais pris train, avion ou autobus, car elle a peur des accidents avec ces moyens de transport, notant qu’en plus ses enfants seraient tristes si elle mourait.
Elle a vaincu sa peur de créer et vivre sa passion.
Alors ? Alors, on danse avec les Martiens !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>