Pauvres enfants ! @7

Femme actuelle 1407 - 12 au 18 septembre 2011Dans un des clubs de sport où je pratique le squash, il arrive qu’il y ait à disposition des clients des journaux et magazines. Ce mois de septembre, j’ai ainsi récupéré un numéro de Femme actuelle. La couverture annonçait un article intitulé « Au secours, mon ado n’a pas d’amoureuse… », puis en page intérieure, le titre devenait « Il n’a pas d’amoureuse, je m’inquiète ? », dans le plus pur style de l’accroche psy pour mère impliquée. Le chapeau précisait « Les filles n’ont pas l’air de l’intéresser… On attend patiemment qu’il tombe amoureux ou on l’aide à traverser cette mauvaise passe ? », tout un programme…
Tirons déjà quelques conclusions : l’ado en question est un garçon, pas d’allusion à une ado sans amoureuse ; ledit ado mâle doit s’intéresser aux filles ; si ce n’est pas le cas, c’est une « mauvaise passe », donc c’est forcément pénible.
Le corps du texte va en ce sens. « Quand il doute de sa capacité à séduire, dites-lui que celle qu’il aimera un jour existe, qu’elle vit quelque part, mais qu’il ne l’a pas encore rencontrée. Cela semble évident, mais c’est en fait une vérité très rassurante et positive. » Il n’est jamais évoqué la moindre possibilité qu’il ait envie de séduire un garçon. Il est évident que l’ado à sa maman actuelle est hétérosexuel, CQFD.
A aucun moment l’article ne parle de sexualité, il est question de « sentiment amoureux », « désir amoureux », « d’expérience amoureuse » et de « l’engagement amoureux ». Hors de question donc de parler d’expérience sexuelle. Le romantisme prime, au risque d’un décalage de discours entre la mère et le fils.
Mais, rassurons-nous, peut-être, car si l’ado a besoin d’une autre aide, un encart précise qu’il convient de le mettre « en contact avec un adulte, masculin de préférence, proche mais pas trop : un cousin, un oncle ou un ami, par exemple, capable de l’écouter de le rassurer sur ce qu’il vit et de lui redonner confiance. » Peut-être cet adulte pourra lui parler de sexualité, voire d’homosexualité…
Toutefois, patatras, l’encart se poursuit : « Et, s’il est d’accord, consultez un spécialiste. » S’il est considéré comme anormal de ne pas sortir avec une fille, comme dire son attirance pour un garçon dans ce contexte normatif ?
Les jeunes homos ont encore des soucis à affronter avec les recettes toutes prêtes de ce magazine féminin.

2 commentaires pour Pauvres enfants ! @7

  • Cécyle

    Mais c’est tout Caddie, ça !
    Tu crois qu’il aurait une chance d’être heureux si je le laissais se promener avec mon gardien ? 😉

  • Valérie

    Très bon billet … Depuis quand les parents se mêlent de la sexualité de leurs ados ? Et si l’ado il avait pas envie de tout raconter ou de tout montrer à ses parents ? (comme le font beaucoup d’ados d’ailleurs …)
    Moi à la place de l’ado, j’enverrais un courrier à « Femme actuelle » : « mes parents sont intrusifs, que dois-je faire ? »

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>