Individu @3

En lisant Le Parisien du 4 août 2011, j’ai été arrêtée par le titre d’un article page 4 : « L’appel des avocats de Nafissatou aux employées d’Air France ». « Nafissatou » ? Cette femme n’aurait-elle donc qu’un prénom ? Dans le chapeau, on trouve « Kenneth Thompson », « Douglas Wigdor » et « Dominique Strauss-Kahn », des hommes donc, qui ont un nom entier, eux. Dans le texte, Naffisatou Diallo retrouve son nom et s’appelle même parfois « Mme ». Ouf !
Je décide pourtant d’éplucher les titres du Parisien de ce 4 août. Sur la page d’en face, je trouve « Aubry » et « Royal », sans prénom, et tout au fil du journal des femmes et des hommes, désignés soit par leur nom entier (prénom + nom), soit par leur nom seul à l’exception de… deux enfants ! « Hommage à Pau pour le meurtre inexpliqué d’Alexandre, 13 ans » (page 10) ; « Qu’est devenue Maddie ? » (Supplément Le journal de l’été).
Voilà. C’est acquis. La victime de ce viol présumé très médiatisé est assimilée à un enfant, ce qui peut avoir pour effet de la rendre sympathique, mais aussi irresponsable… Je crois pourtant que cela va au-delà : retirer son nom (de famille) à une femme, c’est surtout la sortir de ce qui la rend respectable et la rattache soit à son père, soit à son mari. Elle est ainsi chair disponible, objet sexuel à disposition de qui en voudra. N’est-ce pas messieurs… ?

4 réflexions sur « Individu @3 »

  1. Hélène

    Autant je suis d’accord avec ton raisonnement qui conclut que Nafissatou (un f, deux s…) est assimilée à une enfant-victime, autant le « ainsi » de la dernière phrase me semble contestable. Les enfants dont on ne cite que le prénom ne sont pas rendus « chair disponible » par ce procédé, je crois. Pour ma part, la compassion que je crois suggérée par cet emploi du prénom seul me paraît bien typique du Parisien…

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Je voudrais que tu aies raison et que ce langage soit propre au Parisien… Je n’avais pas fait attention à cet « ainsi », qui peut en effet faire des enfants une chair disponible…
      A voir comment leur nudité est mise en avant, dans la publicité par exemple… Oui ! ils sont aussi chair disponible… Malheur !

      Répondre
  2. Valérie

    L’utilisation du prénom sans le nom est dans ce cas, un signe de compassion je crois, il s’agit comme vous dites de la rendre sympathique … enfin cette histoire est tellement rocambolesque faite de rebondissements, de non dits, de non sens, de débordements médiatiques (et je pèse mes mots) que plus rien ne doit nous étonner … au delà du sujet lui-même, cette « histoire » montre à quel point nous (pauvres lectrices / lecteurs) sommes manipulé(e)s par le déferlement médiatique où la vérité, la justesse des sources n’est que secondaire, l’important étant le buz, le scoop, le titre accrocheur … au delà des faits …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.