Canette @5

Une enfante saine...Lors de ma discussion avec Gwen, nous avons évoqué le système d’entrée dans les écoles d’aide-puéricultrice. Chacune organise son « recrutement », car il y a plus de demandes que d’offres. Il y a donc des concours avec entretiens où les postulants doivent présenter leurs motivations. Celles de Gwen sont de travailler surtout dans l’humanitaire. Elle me raconte alors qu’elle s’est présentée à une école où on lui a dit que son profil ne correspondait pas, parce que l’école vise à travailler avec des « enfants sains ». Or, comme elle le dit, ça ne l’intéresse pas. Pour eux, c’est comme si seuls les enfants sains existaient. C’est pathétique et en même temps symptomatique.
Combien de personnes souhaitant travailler avec des enfants recherchent avant tout de pouvoir s’occuper d’enfants sans problèmes, dans la norme, etc. Combien ne sont absolument pas prêtes à travailler avec des gamins sortant un peu du moule ? Vu l’idéalisation de la petite enfance, ce domaine de pureté et d’innocente, il y a, je pense, sans doute plus d’aides-puéricultrices démunies par rapport aux profs. Au moins, à eux, on rabâche à longueur d’antenne que les jeunes sont rebelles, voire dangereux. Le grand mystère reste ce pas franchi entre la crèche, voire la maternelle et la suite du parcours. L’école primaire est-elle le lieu où les instincts primaires de réactions « primitives » se développent ? Grande question, dont pour certains la réponse réside dans le jeu du dépistage des graines de violence chez les petits. Pathétique et symptomatique…

5 commentaires pour Canette @5

  • Cécyle

    C’est toi le « pervers polymorphe » (il n’y a pas de féminin) sur la photo ? Incroyable !

    • Isabelle

      Oui, incroyable cette apparence de normalité et de sainteté (c’est bien le substantif renvoyant à enfant sain ?), on pourrait se laisser tromper… Heureusement, certains veillent pour nous protéger !

  • Le substantif c’est « santé ».
    Sinon, je voudrais bien savoir c’est qu’on appelle un enfant « normal ».

    • Isabelle

      Mince, « santé », c’est d’un banal… Moi qui croyais que les enfants sain(t)s avaient le crâne ceint d’une auréole pour mieux les reconnaître des malsains qui sont eux équipés d’une puce pour la vie… Bref, qu’il y avait là un moyen de trier le bon grain du sauvageon.
      Qu’appelle-t-on un enfant « normal » ? Un gamin en photo dans une pub de magazine, non ?

  • Valérie

    Un enfant « normal » … le terme « normal » est enfermant non ? « Normal » c’est être dans la norme, alors selon moi, ils le sont tous « normaux », à partir du moment où on leur prodigue un accompagnement qui leur est adapté … Certains enfants ont davantage besoin de personnes autour d’eux pour les accompagner dans leur vie en devenir…
    Je conseille à Gwen de tenter le diplôme d’Etat d’éducatrice jeunes enfants, la formation est plus longue mais selon elle aura l’opportunité de faire des stages à l’étranger, notamment en Afrique…
    Puisque vous parlez d’enfance… je vous conseille ce texte que j’aime beaucoup.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>