Course @9

Coupe-vent bénévole marathonDans la droite ligne de mon billet sur le ravitaillement et la course, je me permets un rétro-pédalage temporel pour revenir sur une expérience de bénévole sur un stand de ravitaillement du marathon de Paris. C’était il y a quelques années, rendez-vous vers 6 heures 30 du matin à une porte de Paris. Montage des tréteaux, rangement des bouteilles sur les planches, ouverture avec dévissage des bouchons (les connaisseurs avaient des gants pour éviter les ampoules à cet exercice !), etc. Nous étions fin prêts pour hydrater les coureurs au dixième kilomètre…
Las, ce jour-là fut particulièrement chaud. Les premiers coureurs avaient droit à un stand spécial de produits sponsorisés et ne s’arrêtaient pas du tout, ralentissant à peine. Le gros des troupes arriva et cela fut la bousculade complète, avec beaucoup de bouteilles par terre. Je commençais à les ramasser quand elles étaient encore fermées pour les distribuer. J’eus des remarques des autres bénévoles aussi débordés que moi « Non, on ne ramasse pas !! », « C’est sale ! »… Jusqu’à ce que nous soyons presque tous à chercher les bouteilles distribuables dans le caniveau ou sous les tablées. D’autant que beaucoup de coureurs en prenaient en plus pour tenter d’éviter la surchauffe en s’aspergeant, l’hydratation ne suffisant plus.
Peu à peu, il devenait évident qu’il n’y en aurait pas assez pour tout le monde. Beaucoup de coureurs ne purent en avoir ou prirent un peu plus loin les bouteilles jetées à moitié pleine par leurs prédecesseurs. Les injures des participants accablés par la chaleur étaient compréhensibles. Quand les derniers arrivèrent, il n’y avait plus rien. Certains n’avait pas eu d’eau au cinquième kilomètre et il devenait impossible de ne rien risquer à courir sans boire. Nous en étions à donner les bouteilles destinées aux volontaires, chacun farfouillant dans son sac contenant le repas fourni.
Des milliers de bouteilles avaient été prévues, mais pas encore assez dans ces conditions climatiques. Le problème n’est pas nouveau et pas si simple à régler. Le ravitaillement est essentiel, peut-il être aussi écolo ? La question est ouverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.