Sauna @9

Durant la majeure partie de ma vie sentimentale, j’ai le plus souvent « couché le premier soir » (ou presque) et j’ai vécu de belles et moins belles histoires, parfois très courtes et/ou très douloureuses, mais assez simples, finalement.
Depuis quelques années, l’âge aidant, j’ai eu envie d’éviter les histoires courtes et visais d’emblée les relations porteuses de sens. Je laissais alors délibérément filer le temps au-delà du premier soir, me dérobant après le premier baiser, retardant au maximum la première nuit, ne cédant pas à l’envie de « tout, tout de suite ». Je pensais que je me donnais ainsi une chance que l’on se connaisse un peu avant de commencer quelque chose et gagner ainsi une certaine sérénité voire pérennité…
Mes histoire de ces dernières années ont été tout aussi belles et moins belles, assez courtes… et beaucoup moins simples ! Le temps donné à se connaître a été transformé en temps à poser des conditions, à se jauger voire se juger, à augmenter la peur de se rencontrer. Le désir et l’émotion en ont à chaque fois pâti et je n’y au final rien gagné.
Morale de l’histoire ? Je vais renouer avec ma « tradition amoureuse » et désormais coucher dès le premier soir.
À bonne entendeuse

4 réflexions sur « Sauna @9 »

  1. Valérie

    Croyez vous qu’il faille « une méthode », je préfère dire qu’il s’agit de vivre son envie et son désir …

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Encore faut-il en être capable !
      Ce qui n’est pas toujours mon cas.
      Le terme de « méthode » est sans doute abusif mais au moins se donner quelques règles, pour rester un peu maître de sa vie…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.