Décroissance @4

Ah ! Un peu de repos...Il y a quelques semaines, lors d’un dîner, je me suis rendu compte qu’un canapé en bon état allait finir le lendemain sur le trottoir. Il allait se retrouver à la portée de n’importe quel client sans être hors d’âge ni d’usage. J’ai donc posé une option et cherché une solution pour lui faire traverser le canal de l’Ourcq afin qu’il trouvât asile chez moi. Grâce à sa propriétaire, à des voisines et à un ami de ma soeur, hop ! j’ai eu un canapé dans mon appartement au lieu d’un acheter un sur lequel je n’arrivais pas à me décider. Cette semaine, dans ma rue, c’est une table basse, un meuble bas de télé et une vieille radio que j’ai recueillis de leur échouage sur le macadam.
Ce n’est pas tant le gain financier de cette dépense non effectuée, que je n’aurais au final pas faite, notamment pour les deux derniers meubles dont je n’ai pas « besoin », que le plaisir de la découverte, le recyclage et l’opportunité d’aménager différemment qui m’ont réjouie. Je ne récupère pas tout ce que je vois, largement pas, mais certains objets surgissent et prennent leur place dans mon environnement. Ils me permettent d’envisager de modifier mon monde intérieur, d’ajouter, enjoliver…
Non seulement, ces objets ne seront pas gâchés, mais ils participent à une économie du lien social : je pense à autrui, je donne pour que quelqu’un en profite, je stocke pour l’autre, je m’arrange pour aider à descendre, transporter, monter… Bref, ces actions sont destinées à l’autre, car il serait aussi simple de mettre sur le trottoir quand ça arrange, de casser les objets pour les déplacer plus facilement, de ne pas mettre un mot ou une caisse permettant de transporter une vieille radio.
J’ai beaucoup donné via des sites de recyclage au sens de donner plutôt que de jeter, au prix parfois de rendez-vous manqués, de maints échanges de messages pour arriver à trouver un créneau afin de donner un petit objet, mais je n’ai jamais regretté le principe. Donner, recycler, faire circuler… des objets, du temps, de l’énergie, c’est, à mon sens, transmettre un peu d’amour de l’humanité.

PS : J’ai le même rapport à la revente d’objets, car cela participe aussi à la circulation des objets. J’ai juste envie d’éviter la stérilité du gâchis.

6 commentaires pour Décroissance @4

  • Cécyle

    Et moi, tu me recueilles si je m’abandonne sur le macadam ?

    • Isabelle

      Ouiii ! Sauf si je dois me faire arrêter comme cliente et bien que je sache déjà que tu ne peux pas servir de bougeoir… Ah, moins que de toutes les façons, ce qui t’intéresse est d’être… recyclée (non, je n’ai pas de copine célibataire à te présenter en ce moment !).

      • Cécyle

        T’es pas si partageuse, finalement… Je vais dire à qui tu sais de reprendre son canapé !

        • Isabelle

          Partageuse ? Tu veux que nous partagions une copine ? Eh bé, avec l’âge, tu veux tenter de nouvelles expériences, mais, moi pas (je n’ai pas ton âge !). Quant au canapé, mais, maintenant, c’est le mien !

          • Cécyle

            Mais avec toi, je partagerais jusque… jusque… jusque… Les mots me manquent !

  • Isabelle

    Je sais que Cécyle partagerait jusqu’à… une tarte aux pommes ! J’ai compris le message…

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>