Agit-prop’ @1

Il fallait bien que je dise quelques mots de « l’affaire DSK »… Quelques mots décalés. Je ne souhaite pas faire de commentaires prématurés dans une affaire en cours d’instruction, sauf à dire, comme de nombreuses féministes, que la présomption d’innocence n’est pas exclusive du respect dû à la victime et que le sexisme qui entoure le traitement de cette affaire est inacceptable.
J’en reviens à mon commentaire…
Quelques jours avant l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn, je sors de l’ascenseur et remarque une chose bien étrange accrochée à la poignée de ma porte. Je m’approche, curieuse, intriguée. Je finis par comprendre qu’il s’agit d’un tract du PS en forme de « Do not disturb » et, en vieille routarde de la communication politique, j’applaudis à la trouvaille, originale et très efficace par rapport à un simple tract glissé sous la porte.
Au vu des circonstances de l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn, je me demande si l’allusion hôtelière peut survivre à l’actualité…

1 réflexion sur « Agit-prop’ @1 »

  1. Isabelle

    Je trouve tout de même que c’est une sacrée façon de s’approprier les lieux, car le « Do not disturb » ou « Merci de faire la chambre » est mis par le client. Doit-on comprendre que les militants socialistes qui ont utilisé ce moyen de propagande sont particulièrement à gauche ? J’ai l’impression que c’est bien une illustration de la fameuse expression « La propriété, c’est le vol ! ». Que l’on peut réinterpréter dans l’affaire évoquée en « L’appropriation, c’est le viol ! ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.