Forêt @3

La Laïta n'est pas ma rivière...J’ai récemment passé quelques jours dans une chambre d’hôtes en Bretagne. Les hôtes m’ont conseillé des chemins, en particulier le long de la Laïta. Ils ont notamment évoqué l’autre rive, me précisant que de ce côté-là, c’est plus « scabreux ». Je n’ai réagi qu’intérieurement à cette utilisation du mot, mais j’ai trouvé cela assez drôle. Si scabreux peut être utilisé en langage soutenu pour ce qui est risqué ou périlleux, c’est, je crois, plutôt au sens figuré. Qu’ils aient utilisé de façon particulièrement pointue ou de façon malpropre le mot, c’est assez inusité pour parler marche à pied.
Ils m’ont précisé que pour atteindre l’autre rive, le mieux est d’utiliser le bac. À cette période de l’année, il faut demander ses horaires au passeur. En ces temps de chasse aux clients de prostituée, n’est-ce pas dangereux de solliciter une passe pour trouver plus scabreux ? Ah, non, pardon, il s’agit d’un passage, enfin, ce terme n’est pas beaucoup moins porteur (aux nues) de sens.
Bref, voilà comment perspective de randonnée conduit sur les voies glissantes de l’imaginaire érotique. Ah, quand l’imagination saute le pas ! Oups, encore de la métaphore, bon, j’arrête là…

3 réflexions sur « Forêt @3 »

  1. Hélène

    Hum, je crois bien que le sens propre de « scabreux » désigne bien l’aspect rugueux, inégal, d’une surface et, donc, par extension le danger que ces propriétés impliquent.
    Le sens figuré qui qualifie une situation gênante ou malsaine ne vient qu’après…

    Il ne nous reste plus qu’à consulter le LexCy(que) 😉 !!

    Répondre
    1. Isabelle Auteur de l’article

      Désolée de mon manque de précision, quand j’écrivais que « scabreux » pouvait en langage soutenu être utilisé pour ce qui est risqué ou périlleux, c’est bien parce que j’avais regardé dans le dictionnaire et que c’est bien la première définition. C’est ce qui est délicat ou osé. Quand je parlais du sens figuré, c’est en ce qu’il est question de position, situation… bref pas de concret comme un chemin de terre, donc dans mon idée du sens propre. D’ailleurs, dans l’idée de mes hôtes, il était simplement question d’un chemin plus escarpé, mais à aucun moment dangereux ou risqué.
      Cécyle pourra poursuivre la recherche pour infirmer ou confirmer mon dictionnaire !

      Répondre
    2. Cécyle

      « Scabreux », nous dit le XMLittré signifie, en sens premier « Sur quoi il est difficile de cheminer à cause des aspérités. » Et il s’agit bien de chemin. Ensuite, on a des sens « figuré ». Le premier concerne les auteurs, le second parle bien de « péril » mais plus dans un sens de difficultés (pas de danger), et renvoie en effet plus à des situation qu’à un aspect matériel. Quant à « scabreux » dans le sens de « licencieux », on ne le trouve que dans le petit Robert, pas dans le Littré.
      Le sens littéral tient donc, « L’autre rive » ayant peut-être des chemins escarpés et ces bonnes gens un vocabulaire précis. « L’autre rive » ; étrange, cela me fait penser à autre chose, une histoire de Rubicon ou genre. Vraiment gentils, ces gens ; ils voulaient tout simplement te sauver la vie. Ingrate !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.