Écrivaine @3

À chaque personne qui me demande quand je publie un prochain livre, je réponds que je n’ai plus d’éditeur et que le temps sera sans doute long avant que je n’en retrouve un autre. Les uns et les autres sont toujours sincèrement désolés pour moi et m’abreuvent de gentils conseils pour que ma situation économique s’arrange au plus vite. Le plus souvent, on m’invite à infléchir les thématiques de mes romans : « Fais moins lesbien ! » ; « Et si tu écrivais un truc avec des hétéros ? » ; « Les polars, ça se vend bien »…
Là, s’engage invariablement une discussion sur la création littéraire tant je peine à comprendre que l’on puisse dire à un créateur d’orienter son travail en fonction du marché. J’ai rarement gain de cause, mes interlocuteurs arguant immédiatement mon entêtement et mon intransigeance. Car, « quand même », je pourrais faire un effort et cesser de m’obstiner à écrire des cochonneries lesbiennes… Le fait que j’écrive aussi autre chose (ceci, par exemple ; ou cela) n’est jamais considéré comme un argument comme si ce travail n’existait pas ; ce n’est pas publié ; j’imagine que ceci explique cela.
Ce « rappel des faits » est là pour m’amener à ma dernière (en date) discussion sur le sujet avec une de mes lectrices dont je sais qu’elle n’a lu que Once upon a poulette (1998). J’en étais à l’argument de « Mais j’écris autre chose », quand elle avance : « Le problème, c’est ton style. Il faut que tu changes ton style. » Je lui fais remarquer que, depuis mon premier roman, mon style s’est sans doute affiné et que j’ai multiplié ses modes d’expression…
— En fait, tu es chiante ! Tu pourrais t’adapter. Regarde-moi, quand un cocktail ne se vend pas, je l’enlève de la carte.
Que répondre à ça ? Je suis triste, simplement.

1 commentaire pour Écrivaine @3

  • Isabelle

    Si le livre reste une exception culturelle, il est maintenant dans les industries culturelles, cf. la nouvelle organisation de l’administration centrale du ministère de la Culture et de la Communication et la direction des médias et des industries culturelles qui a récupéré la plus grande partie de la direction du livre et de la lecture. Seul le patrimoine écrit est allé à la direction des patrimoines.
    Tu veux venir à un café littéraire ? Attends, je cherche la carte…

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>