Décroissance @1

Mongolie 1998Le thème de la décroissance est « à la mode ». Discuté, attaqué, défendu… il est au cœur de divers débats mêlant économie, écologie, critique sociale, position politique et j’en passe. Je m’intéresse à cette notion, mais plus encore à ce qu’elle peut inspirer comme comportement et comme réflexions. La décroissance est souvent caricaturée par ses défendeurs comme par ses détracteurs. Cela notamment à cause du point de vue sur la croissance comme progrès…
Pour comprendre un peu mieux ce que ce terme peut porter, je renvoie à une vidéo où Cécile Duflot explique l’expression sur le site d’Arrêt sur images dont j’ai déjà parlé. Le site recense aussi les reportages télévisés où sont présentés des « décroissants ». La plupart sont hyperréducteurs, présentant des personnes vivant sous des yourtes en faisant du compost et utilisant des toilettes sèches. Je trouve ce choix courageux et noble. Tenter de vivre selon des principes simples mais pas simplistes, de chercher sa voie suscite ma sympathie sans mépris. Dormir sous une yourte est très agréable, mais personne ne vante la yourte pour tous. D’ailleurs, cette façon de vivre n’est qu’une façon extrême de prendre  en compte  la décroissance.
Cela m’a rappelé mes deux voyages en Mongolie. En ce pays traditionnellement centré sur le nomadisme, l’hospitalité est une vertu essentielle. Or, le tourisme a fait beaucoup de mal, notamment le comportement des Occidentaux, en particulier des Français. En effet, ils ont confondu hospitalité et gratuité, squattant sans trop de scrupules, s’invitant sans vergogne. J’avais rencontré des Mongols devenus méfiants.
Beaucoup étaient aussi hélas devenus sédentaires dans des conditions déplorables. Ah, le mirage de la croissance !….

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>