Commémoration @1

Depuis que j’y ai été invitée par une voisine, j’essaie de participer chaque année aux commémorations organisées par la mairie de mon arrondissement, 8 mai, 11 novembre, Journée de la déportation, parce que je crois essentiel à la construction de notre avenir la mémoire collective de ces événements qui marqueront à jamais notre humanité.
Je n’avais pu me rendre l’année dernière à la Journée du 24 avril mais je l’ai réservée cette année. Et alors que je préparais l’annonce de ma présence sur mon site, j’ai, dans un premier temps, indiqué que je porterais le triangle rose, à l’instar des déportés homosexuels… Quelques minutes plus tard, j’y ai renoncé. Mon identité, dont « lesbienne » fait ouvertement partie sans s’y limiter, ne suffit-elle pas à faire une place à ces déportés-là, aux côtés de tous les autres ?
Il me semblerait en tout cas malvenu de « défendre » plus que les autres les déportés homosexuels, ce jour-là, car c’est jour de mémoire pour tous et, quelles qu’elles aient été, chacune des personnes déportées a droit à une mémoire identique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.