Lens @5

Le pommeau de ma doucheJe dois aller passer deux jours à la Maison de Bonneuil avec mon groupe d’accueil à David et Jonathan. Sous la douche, tout à l’heure, je pensais à… — je ne me rase pas, aucun risque que je songe à 2012 — … au fait que nous allions dormir en dortoir avec cette question : sont-ils mixtes ?
C’est l’occasion de m’interroger. M’est-il plus difficile de me déshabiller devant des filles ou devant des garçons, sachant que les unes et les autres sont supposés homosexuels ? En tournant le dos, avec tout ce que je fais comme sport, mes fesses devraient supporter le regard de toutes et tous. Et de face, cela donne quoi ? D’aucuns diront que je suis bigleuse et que le regard (au sens purement visuel du terme) des autres ne m’atteint pas… ce qui est vrai. Il ne s’agit donc pas vraiment du regard, mais de l’idée que l’on en a : autrement dit, la promiscuité nous expose-t-elle à être transformés contre notre volonté en objet de désir et cela est-il acceptable ?
Si un garçon hétérosexuel me reluquait, dans un vestiaire de judo, par exemple, il est évident que j’en serais très contrariée. Et si une fille lesbienne me reluque dans un dortoir à Bonneuil ? Je pourrais (j’ai bien mis un conditionnel !) en être flattée, c’est certain. Pour autant, je crois que je le vivrais aussi comme une agression. C’est le moment d’avouer que cela ne m’est jamais arrivé, mais je le pressens ainsi. Encore faudrait-il que je voie que… Ouf ! j’ai une bonne raison de dire que cela ne m’est jamais arrivé !

1 commentaire pour Lens @5

  • Cécyle

    Nous étions trois filles dans la chambre. Mes deux cooccupantes se sont couchées après moi et dormaient encore quand je me suis levée. Tant pis pour mes fesses, victimes des circonstances… Ouf !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>