Toi @2

J’ai passé un moment avec Sarah cet après-midi et nous avons parlé du soin que l’on porte à l’autre. De fil en aiguille, nous en sommes venues à remarquer qu’autour de nous, rares sont celles et ceux qui « spontanément » prennent soin des autres, en l’espèce de chacune de nous, et que nous avons développé un sens aigu du soin à l’autre et une forte exigence du soin à nous-mêmes, parce que nous en avons pour nous un besoin fondamental, « existentiel » si ce terme n’étant pas tant galvaudé.
Cela me renvoie à un billet d’Isabelle où elle parlait de l’expression « Prends soin de toi » (« Toi @1 »). Je crois que je partage son propos sur la nécessité de prendre soin de soi comme condition première à avoir « la vie belle ». Pour autant, quand on sait prendre soin de soi, il me paraît si important d’avoir autour de soi des gens qui prennent soin de nous ! Autrement dit, je ne conçois plus la vie sans autour de moi des gens, plus ou moins proches, qui prennent soin de l’autre, de moi. J’ai besoin de ça et, sans doute qu’il y a quelques années, j’aurais eu « honte » de le dire : n’ai-je pas écrit un jour « I can do it ! » pour résumer une partie de mon rapport au monde et aux autres ?
Est-ce l’âge, l’apprentissage de l’humilité, un peu la fatigue de toujours lutter… ? Je ne sais pas. Mais c’est ainsi. Je place désormais comme exigence que l’autre prenne soin de moi, sans honte, sans peur de m’y perdre même, et s’occupe de mon confort, de mon bien-être, me parle avec bienveillance, me tende la main si nécessaire, … Est-ce à dire que j’aurais renoncé à ma sacro-sainte autonomie ? Il ne faut rien exagérer !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>