Pucer @2

Un braqueur vient de donner à tous les militants des droits de l’homme (dont je suis) la solution qu’ils attendaient pour protéger leur vie privée du regard indiscret des caméras : le parapluie. (Le Parisien, 15 février 2011).
Dès que les caméras seront installées dans le hall de mon immeuble, je ne sortirai donc plus sans mon parapluie et ferai mes petites affaires clandestines bien cachée en dessous : me mettre les doigts dans le nez, sucer des bonbons sans en donner aux enfants, embrasser les filles, écrire « PD Moulin » sur la porte de l’ascenseur, décoincer l’élastique de ma culotte coincé dans mes fesses, lire ma liste de commissions sans mettre mes lunettes, cracher dans mon mouchoir, discuter avec Caddie, tirer la langue dans le dos de madame M, bomber la caméra, … J’en oublie certainement.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>