Écrivaine @2

Isabelle m’avait signalé une série du Monde des Livres intitulé « Les romanciers ont-ils tous les droits ? » et consacré à l’utilisation de personnes vivantes dans un roman en guise de personnages. J’aurais pu y consacrer un développement dans notre série sur le caviardage (« Caviardage @1 » et « Caviardage @2 ») puisque la question revient à se demander jusqu’où ne pas aller.
Je préfère en tirer cette citation de Christine Angot, dont je trouve particulièrement juste le début, l’opposition entre « dire les choses » et « dire quelque chose » :
« Il ne s’agit pas de « dire les choses », cette expression tarte à la crème de la sociologie médiatique, mais de dire quelque chose, le montrer sans l’asséner, le faire se dégager de l’ensemble du livre, en apporter une preuve autrement plus forte qu’un vulgaire témoignage improvisé et prétendument sorti du cœur, ou au contraire bien étudié et sorti du cerveau. » Le monde des Livres, 13 janvier 2011.
Je ne commente pas plus. J’ai juste envie de gager que mon travail illustre la citation. Je suis une prétentieuse, c’est connu !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>