Juger @2

J’ai entendu le 5 février 2011 sur France info une information selon laquelle les élus d’une petite ville anglaise souhaitent utiliser la chaleur dégagée par un crématorium pour chauffer la piscine municipale. Voici la dépêche AFP qui correspond.
J’entends les arguments des uns et des autres, promoteurs et adversaires. Pour les premiers, la chose est entendue : économies d’énergie, économie des dépenses publiques, sécurité de l’installation, garantie pour les futurs morts de conserver une utilité sociale… Pour les seconds, également : respect des morts, risques sanitaires, impossibilité pour les familles d’aller à la piscine sachant qu’elle est chauffée par le corps incinéré la veille…
Je n’ai pas envie de discuter les arguments des uns et des autres, ni de prendre position. Je veux juste remarquer que d’un côté, on a une décision politique rationnelle en tous points, de l’autre des contre-arguments qui relèvent des croyances et des peurs qui entourent la mort. Qui des deux doit l’emporter : la raison ou les croyances et les peurs ? Poser la question ainsi, c’est presque y répondre et n’attendons-nous justement pas de nos gouvernants de prendre des décisions efficaces, utiles pour la collectivité, économes, et rationnelles ?
Mais quand même… Quand je vous dis que des fois, c’est confortable de ne pas être de ceux qui décident !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>