Caviardage @2

Chantal GoyaVoyant des affiches pour un spectacle de Chantal Goya il y a quelques jours, je repensais à un de ses grands titres. Dans le refrain, il est question d’un lapin tuant un chasseur avec un fusil. Chantal Goya chantait avec un acolyte déguisé en lapin, comme une grosse peluche dansante.
J’ai retrouvé les paroles. La notion au cœur de l’argument justifiant cette « histoire inventée » est la justice. Quand les chasseurs crient « à l’injustice (…) à l’assassin », il est dit « comme si c’était justice quand ils tuaient le lapin ».
Que pourrions-nous dire de cette chanson ? La notion de la justice mise en avant est celle du justicier, donc est totalement en dehors de la justice légale. N’est-elle pas une incitation au meurtre ?
Il est frappant que personne ne se soit levé contre l’apologie de la violence et sa légitimation, avec le biais de considérer sur le même plan l’animal et l’homme. Même si je n’ai pas spécialement d’affinité avec la chasse, et a fortiori avec les chasseurs, je ne suis pas végétarienne. Je préfère encore des chasseurs œuvrant pour manger leur trophée sans chercher à faire souffrir les animaux à des éleveurs ou bouchers en traitant et abattant dans des conditions telles que la souffrance inutile ne pèse rien face à des intérêts économiques.
Je ne sais pas si aujourd’hui des associations de protection de l’enfance ou des droits de l’homme s’élèveraient contre cette chanson pouvant amener de jeunes enfants à considérer avec bienveillance l’homicide volontaire au nom de la vengeance. Cécyle a raison quand il s’agit de défendre le droit d’expression, donc plus encore qu’espérer que des groupes de censeurs s’agitent, j’espère que les parents pourraient prendre en considération ce qu’ils inculquent à leurs enfants sous couvert de divertissement.
En écho avec les associations diverses s’insurgeant de ce qui est dit, chanté, écrit, ne peut-on pas souhaiter plutôt que des artistes arrivent à allier création artistique de qualité et militantisme. Foin de films ou chansons à thèmes, j’aspirerai plutôt à offrir à des enfants des chansons où il n’est pas tant question de propos revendicatifs que d’amour sans étiquettes de genre. De nouvelles « fabulettes » ? J’espère que je ne fabule pas tant que ça…

2 commentaires pour Caviardage @2

  • Cécyle

    J’aurais trouvé drôle que Chantal Goya soit poursuivie en justice pour incitation au meurtre à défaut d’incitation à l’abêtissement, qui n’est heureusement pas un délit même si parfois on peu en rêver. À l’entendre, j’ai tellement envie de la tuer ! Non. Je ne dois pas, ce d’autant qu’elle et une icône gay, sans doute pas au vu de la taille de la queue du lapin, j’imagine. Alors pourquoi ?

    • Isabelle

      Est-ce un fantasme zoophile ? Est-ce parce que tout gay voyant Chantal Goya ne peut qu’être conforté dans l’idée que le désir pour une femme est impossible ? Je ne sais…

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>