Soldes @1

Le Parisien du 12 janvier 2011 titre : « Un bébé roumain vendu en France pour 5.000 € ». Un cri (primal) fuse : « Quelle horreur ! » ; c’est vrai, c’est « horrible ! » de penser que l’on peut vendre un enfant… pour 5.000 €. Ce n’est pas le prix d’une voiture ! C’est vrai que cela ne remplit pas non plus la même fonction… Passons.
Je reviens sur l’indignation qui transpire tout au long de l’article. Le bébé aurait été vendu avant sa naissance, le couple achetant se faisant passer ensuite pour les parents biologiques pour avoir des papiers en bonne et due forme. Ce couple, également roumain, vit en France. Y a pas, c’est « horrible ! », ce d’autant que ce couple n’avait pas totalement honoré sa dette. Les parents biologiques sont venus réclamer. Ils sont poursuivis en Roumanie pour cette vente.
En 2004, Le Parisien titrait « June, mère porteuse, veut récupérer sa fille » ; et d’évoquer un simple « imbroglio juridique ». En 2009, dans ce même journal, le père de deux jumelles venues des États-Unis et conçues avec l’aide d’une mère porteuse réclame que la loi française change. En 2010, ce même père se pourvoit en cassation suite à la décision défavorable à sa demande de la cour d’appel…
Je ne comprends pas… On parle de « vente » en Roumanie et on s’indigne. On parle de « problèmes juridiques » aux États-Unis et on ne s’indigne pas. Pourquoi ? Parce que les Roumains cassent les prix ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.