Résistance @1

Marcela Iacub est une juriste s’ingéniant à pousser nos raisonnements dans le domaine du droit, notamment de la famille. Elle applique des textes juridiques à divers sujets de société et en déroule la logique. D’évidences « bien pensantes » découlent ainsi des incohérences ou des conséquences potentiellement désastreuses et fort contradictoires avec les présupposés validés.
Ses livres sont d’intérêt inégal, mais bien souvent fort pertinents. Entre 2003 et 2005, elle a aussi publié une série de chroniques dans Libération. Elle s’attachait à explorer chaque fois un sujet comme la revendication du mariage pour les homosexuels, l’adoption, la procréation médicalement assistée, la notion juridique de consentement, la pénalisation du viol… Le recueil de ces textes, Bêtes et crimes, est un régal de nourritures intellectuelles pour soi comme pour les débats très passionnels et donc peu rationnels autour de ces questions.
L’approche juridique est généralement considérée comme rébarbative et purement théorique. Pourtant, le droit est au cœur de la cité. Il découle de visions politiques du vivre ensemble et se construit à partir de ce vécu pour, idéalement, harmoniser les pratiques et organiser les relations interindividuelles. Tout cela a pour but de protéger, si ce n’est défendre, les intérêts du plus grand nombre, notamment des plus faibles au sens des plus à même à subir la « loi » des plus forts.
La récurrence de considérations affectives, émotionnelles et surtout non réfléchies dans les constructions juridiques actuelles aboutit à des textes trop interprétables pour être appliqués sereinement. Elles correspondent alors à des visions parcellaires et bien souvent conservatrices de la société, en particulier de la place des femmes, entraînant des dérives.
Marcela Iacub le souligne avec compétence et humour, parfois au second degré. Ceci lui a valu une série d’attaques de la part de lecteurs, la meilleure étant celle l’accusant d’être « contre la grossesse ». Qu’il est difficile de sortir de la pensée dominante ! Qu’il est difficile d’être écouté contre les platitudes, propos convenus et idées toutes faites allant du « droit à l’enfant » à la victimisation. Heureusement que certains résistent. Merci Marcela !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>