Bigleuse @1

J’étais hier au commissariat pour porter plainte pour tentative d’effraction du local associatif de mon amicale de locataires. Nous attendions avec ma présidente dans la salle d’attente. Une dame entre.
— Cécyle ! Mais qu’est-ce que tu as fait pour être ici ?
Je passe sur le sous-entendu de la question… seule la suite m’importe ici.
— Je… Bonjour…
— Tu ne me reconnais pas.
— Non. Je…
— j’ai eu un cancer. Ça doit être ça.
— Non. Je suis malvoyante. Je ne reconnaîtrais pas ma mère si elle entrait ici.
— Tu m’as pourtant reconnue la dernière fois que l’on s’est vues.
Elle s’avance et m’embrasse.
— Excusez-moi, mais je ne sais toujours pas qui vous êtes.
— Tu ne sais pas ?
— Je suis malvoyante et…
— C’est Colette S. Tu te souviens maintenant… Tu dois reconnaître les gens à la voix pourtant, non ?
J’essaie d’expliquer un peu. Ma présidente vient à mon secours, très agacée de ce qu’elle vit, avec moi, comme une agression. Mon portable vibre ; je lis le texto qui vient d’arriver.
— Ah ! Mais tu vois de près, quand même.
— C’est que… ce que je vois, c’est difficile à expliquer.
— Mais je ne le savais pas.
— Je l’ai pourtant dit, les quinze ans que nous avons milité ensemble au PS.
— Ah ! non. Je me serais souvenue, quand même.
Quand même…

2 commentaires pour Bigleuse @1

  • Isabelle

    Quand même, tu aurais pu compatir à l’annonce de son cancer !

  • Cécyle

    Quand même… !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>