Grand homme @1

Christine Angot, dans L’inceste (p. 132) cite le Vocabulaire de la psychanalyse d’Élisabeth Roudinesco et Michel Plon pour donner quelques définitions dont celle de la paranoïa : « Le paranoïaque est un malade chronique qui se prend pour un prophète, un empereur, un grand homme, un inventeur. » N’y aurait-il pas des paranoïaques de sexe féminin tant on ne reconnaît finalement que peu de prophétesse, impératrices, inventrices et grandes femmes ? Cela ne marche pas : une « grande femme » est forcément une femme grande ou un « grand homme », pure injustice du vocabulaire. On s’en moque finalement. Il y a en a tant… tant et si bien que les femmes sont plutôt petites, toujours plus petites, en taille, bien sûr.
Mais, ne dit-on pas une « grande dame » ? Cela compense… à cette différence qu’une dame est déjà plus qu’une simple femme, puisque que « dame » est un titre donné a une femme détentrice d’un titre de souveraineté et qu’une dame est grande par sa naissance et non par son mérite. N’est-ce pas, ma p’tite dame ? Et un « grand monsieur », alors ? À l’instar du grand homme, il gagne sa grandeur directement au mérite, une homme « remarquable » dit le Petit Robert à qui j’emprunte tous ces exemples. Que reste-t-il pour mettre dames et messieurs à égalité ? Grand-mère et grand-père ? Privilège de l’âge et de la procréation. La perspective est faible !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.