Sauna @5

En fait, je voudrais que ce soit elle qui m’embrasse.
Je garde le sujet « Sauna », pour conserver l’érotisme qui préside à mes pensées d’elle, vers elle, maintenir intact le fil. Je compte sur le Boudha offert par Sarah pour les lui porter. Le sort du Boudha est en jeu ; personne ne doit l’oublier, surtout pas lui.
Avant-hier, je lui ai envoyé un texto ; le soir, sa boîte mail a été piratée et m’est arrivé un spam. Je le lui ai signalé, mine de rien. Elle m’a écrit ce matin, depuis l’autre côté… Le café déborde — j’utilise une cafetière italienne. Je cours. Je donne un coup d’éponge. Je me sers. Je reviens. Me revoilà… de l’autre côté de la Terre. Dans la nuit, une voix m’a appelée, très distinctement, douce, avenante : « Cécyle ». Était-ce elle ? Je l’ai rêvé étendue sur un lit, le sien, que je ne connais pas, surprise que je ne l’aie pas embrassée, pas encore, alors qu’elle avait (aurait) tout fait pour que cela se passe.
Je ne l’embrasse pas. C’est à elle de le faire. D’habitude, c’est toujours moi, ou presque. Là, il faut que ce soit elle. C’est comme ça. Après, promis, je ne me retiendrai pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.