Aïe ! @1

King Kong ThéorieLe dernier rêve dont je me souviens bien : j’assistais à une scène dans la rue, où des hommes en voiture roulait intentionnellement sur une jeune femme qu’ils ne semblaient pas connaître. La voiture avançait avec cette jeune femme en dessous, brinquebalée et ne pouvant sortir. Les hommes s’amusaient beaucoup de la situation. Je les suivais et très vite avisais pas loin des policiers que je prévenais au plus vite et accompagnais à un carrefour où la voiture était arrêtée. La jeune femme se relevait, les vêtements déchirés et couverte d’ecchymoses, de bleus, de contusions. A l’écart, m’assurant que les policiers géraient tout cela, je m’éloignais, prenant soin que les agresseurs ne me regardent.
Ce n’était pas un cauchemar laissant moite de sueur et de peur, mais plongeant dans la sidération de la violence, grande violence, facile, gratuite, de la domination et de l’avilissement. J’ai refait un tel type de rêve le lendemain, qui m’a aussi réveillée, mais je n’ai pas pu m’en rappeler dans le détail. Cela fait des mois que je ne m’étais pas souvenue d’un rêve, d’un cauchemar. Cela fait des jours que je l’ai fait et il est encore vivant. Cela fait quelques jours à peine que j’avais terminé King-Kong théorie de Virginie Despentes où elle évoque notamment le viol qu’elle a subi par des mecs qui l’avaient prise en stop. A chaque fois que je repense aux lignes de récit de Despentes ou aux images de mon rêve, j’ai encore la gorge sèche et un goût de malaise.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>